last 24 hours
last 7 days
last 30 days
older than 30 days

JF LETENNEUR LIVRES RARES

method-draw-image (23)

Les Marattes.

BROUGHTON (Thomas Duer). 2 volumes in-16 (140 x 90 mm) de : Vol. 1 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice colorié dépliant ; XV (préface, avis au relieur, introduction) ; 202 pp. (dont table) ; 5 gravures hors texte coloriées (dont 2 dépliantes) ; Vol. 2 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice colorié ; 3 ; 3 ; 238 pp. (dont table) ; 3 gravures coloriées déplantes. Un total de 2 frontispices et 8 gravures coloriées (dont 5 dépliantes). Plein veau glacé d'époque, dos lisses ornés, titres et tomaisons de maroquin vert, frise florale encadrant les plats, dentelle intérieure, tranches dorées. (discrétes restaurations aux mors et aux coiffes, quelques rousseurs ou brunissures). Première édition française. Broughton arriva en Inde en 1795, comme Cadet de l’Etablissement du Bengale. En 1799, après le siège de Seringapatam, dans lequel il s’était investi activement, il fut nommé commandant du Corps des Cadets. Il écrivit le présent ouvrage alors qu’il était résident militaire chez les Marathes et le dédicaça au marquis de Wellesley. Des gravures finement aquarellées, huit sont reproduites d’après les dessins originaux d’un artiste indien. Bel exemplaire, coloris frais. 2 vols. 16mo. 10 engraved plates, 6 folding. Original card-board bindings. First French edition. Broughton first arrived in India in 1795 as a cadet on the Bengal establishment. Following the siege of Seringapatam in 1799, in which he was actively engaged, he was appointed commandant of the cadet corps. At the time he wrote the present work he was military resident with the Mahrattas. His book is dedicated to the Marquis of Wellesley, "the acute detector of Mahratta wiles, the firm repeller of their insolent pretensions, and the formidable barrier to their ambitious projects; their vigorous opponent in time of war, and their generous pacificator in the hour of victory. " Eight of the ten finely watercolored plates are after original drawings by a native artist. Fine copy. Abbey, Travel, 433; Tooley, 114; Colas, 454.
method-draw-image (23)

La Theorie de la manoeuvre des vaisseaux, reduite en pratique. Ou les principes et les regles pour Naviguer le plus avantageusement qu’il est possible.

PITOT (Henri). 1 vol in-4° (255x185 mm.) de: 1 frontispice gravé, [10] ff. ( titre imprimé en rouge et noir, dédicace, préface, privilège), 119 pp., [17] pp. (table), [2] ff. (privilège et errata), [12] ff. donnant xxii tableaux ( I et II dépliants, le reste à pleine page) et 8 planches dépliantes. Plein maroquin rouge d'époque, triple filet doré encadrant les plats, fleuron aux angles, armoiries au centre, dos à nerfs orné, tranches dorées. Rare exemplaire de cette unique édition de ce chef-d'œuvre théorique de la manœuvre navale militaire et de la navigation sur les océans. Exemplaire relié en maroquin d’époque aux armes du marquis de Chauvelin. Le mathématicien et astronome français Henri Pitot (1695-1771), originaire d’Aramon, avait prédit une éclipse solaire si précisément dans "Le Mercure" que ses calculs suscitaient une admiration générale et il fut admis à l’Académie de Paris en 1724. En 1731, il publia son livre sur la manœuvrabilité des navires, fondé sur les principes de Bernoulli, qui fut immédiatement recommandé par le gouvernement français comme élément de base de la marine (voir Grandjean de Fouchy dans son Eloge dans les procès-verbaux de l'Académie des sciences de 1771, p. 143 ff.). L’ouvrage est illustré d'un frontispice, de 8 planches gravées dépliantes, et de 12 feuillets de tableaux dont 2 dépliants. Les planchent montrent des de positions de manœuvre des vaisseaux avec la direction des vents et des schémas géométriques. Provenance : François-Claude-Bernard-Louis de Chauvelin (1716 -1771), marquis de Chauvelin, diplomate, militaire et écrivain français qui servit en Italie et en Flandre et devint ambassadeur à Gênes et à Turin. De 1749 à 1753, il fut lieutenant-général du roi de France à Gênes. Il fut commandant-en-chef des troupes du roi en Corse de mai 1768 à juillet 1769. Il fut correspondant de Voltaire. Il passa ses derniers jours à la cour, dans l'intimité de Louis XV et mourut d'apoplexie à la table de jeu du roi. Des bibliothèques Juan Manuel Acevedo et Roffroy (ex-libris gravés). Superbe exemplaire, somptueusement relié. Polak, 7612. 1 vol in-4°. Engr; frontisp., 22 tables, 8 plates. Contemp. Red morocco binding with gilted arms. Rare copy, original and unique edition, of this theoretical masterpiece of military naval maneuver and navigation on the oceans. Copy bound in period morocco with the arms of the Marquis de Chauvelin. The mathematician and French astronomer Henri Pitot (1695-1771), originally from Aramon, had predicted a solar eclipse so precisely in "Le Mercure" that his calculations aroused a general admiration and he was admitted to the Academy of Paris in 1724. In 1731, he published his book on the maneuverability of ships, based on the principles of Bernoulli, which was immediately recommended by the French government as a basic element of the navy (see Grandjean de Fouchy in his Eloge in the minutes of the Academy of Sciences, 1771, 143 ff.). The book is illustrated with a frontispiece, 8 folded plates and 12 sheets of pictures including 2 leaflets. The planchers show positions of vessel maneuvering with wind direction and geometric patterns. Provenance: François-Claude-Bernard-Louis de Chauvelin (1716 -1771), Marquis de Chauvelin, diplomat, soldier and French writer who served in Italy and Flanders and became ambassador to Genoa and Turin. From 1749 to 1753 he was lieutenant-general of the King of France at Genoa. He was commander-in-chief of the king's troops in Corsica from May 1768 to July 1769. He was Voltaire's correspondent. He spent his last days in the court, in the intimacy of Louis XV, and died of apoplexy at the king's table. From the Libraries of Juan Manuel Acevedo and Roffroy (Engraved ex-libris) . Beautiful copy, sumptuously bound.
method-draw-image (23)

Journal historique du voyage de M. De Lesseps, consul de France, employé dans l’expedition de M. le comte de la Pérouse, en qualité d’interprète du Roi; depuis l’instant où il a quitté les frégates Françoises au port Saint-Pierre & Saint-Paul du Kamtschatka, jusqu’ à son arrivée en France, le 17 octobre 1788

LESSEPS (Jean Baptiste Barthelemy, Baron de) 2 vol. in-8° (200 x 127 mm.) de : vol. 1 ; [3] ff. (faux titre, titre, privilège) ; VIII (avertissement, fautes à corriger) ; 280 pp. (dont table) ; 1 carte dépliante ; 1 planche dépliante ; vol. 2 ; [2] ff. (faux titre, titre) ; 380 pp. ; VI (table) ; [1] p. (fautes à corriger) ; 1 carte dépliante. Pleine basane fauve d'époque, dos lisse ornés, titres de maroquin brun. Edition originale de cette célèbre relation du périple à travers le Kamchatka et la Russie de Jean Baptiste de Lesseps (1766-1834) , messager et seul survivant de l'expédition « La Pérouse » envoyée autour du monde par Louis XVI. L’incroyable récit du voyage de Lesseps contient de nombreuses informations sur les Koriaks, les Lamuts et les Tungus, ainsi que de pitoresques descriptions de la vie et du paysage russe du XVIIIe siècle. A mi-chemin de son voyage, La Pérouse envoya le baron de Lesseps par voie terrestre de Petropavlovsk en Europe, avec des lettres et des journaux de l'expédition. Son voyage était très difficile, car il était confronté à des routes primitives, à une distance énorme. Un pays dangereux, et les périls d'un empire à demi civilisé et mal surveillé ; mais il réussit et nous lui devons la survie de nombreux documents parmi les plus importants de l'expédition. Le père de Lesseps était ambassadeur de France à Hambourg et à Saint-Pétersbourg. Sa maîtrise du russe le voit nommé traducteur pour l'expédition de La Pérouse dans le Pacifique. À l'arrivée de l'expédition à Petropavlosk (Kamtchatka) en septembre 1787, Lesseps est envoyé par voie terrestre à travers la Russie avec les comptes rendus et les cartes de l'expédition jusqu'à cette date. Il se rend ensuite à Bolsheretsk, Okhotsk et Yakoutsk, avant de suivre la riviere Lena Kirensk, son bateau ayant fait naufrage sur la rivière, il est contraint de se rendre à cheval à Irkoutsk et arrive à Saint-Pétersbourg en septembre 1788 et à Versailles en octobre. Il pense alors être le dernier à rentrer en France et apprends alors la disparition corps et bien de l’expédition. Les ultimes nouvelles et documents parviennent au roi par des lettres confiées au gouverneur Phillip à Botany Bay lors de la dernière escale de La Pérouse. Cox I p.353; Hill 1010; Howes L270. 2 vol. in-8 °. 2 fold. maps + 1 fold. Plate. Contemp. sheep. Original edition of this famous narative of the journey through Kamchatka and Russia of Jean Baptiste de Lesseps (1766-1834), messenger and sole survivor of the expedition "La Perouse" sent around the world by Louis XVI. The incredible account of Lesseps' trip contains a wealth of information about the Koriaks, Lamuts and Tungus, as well as some peculiar descriptions of life and Russian landscape. Halfway through his journey, La Perouse sent Baron Lesseps by land from Petropavlovsk to Europe, with letters and newspapers from the expedition. His journey was very difficult because he was faced with primitive roads and huge distances. A dangerous country, and the perils of an empire half civilized and badly watched; but he succeeds and we owe him the survival of many of the most important documents of the expedition. Lesseps' mastery of Russian saw him named translator for the expedition of La Perouse in the Pacific. On the arrival of the expedition to Petropavlosk (Kamchatka) in September 1787, Lesseps was sent by land through Russia with the reports and maps of the expedition until that date. He then goes to Bolsheretsk, Okhotsk and Yakutsk, before following the river Lena Kirensk, his ship sinking on the river, he is forced to go horseback to Irkutsk and arrives in St. Petersburg in September 1788 and Versailles in October. He thinks then to be the last one to return to France and learn then the disappearance body and well of the expedition. The latest news and documents reach the king by letters entrusted to Governor Phillip at Botany Bay during La Perouse's final stopover.
method-draw-image (23)

ATLAS GEOGRAPHIQUE [France, Europe, Monde].

GEOGRAPHIC PUZZLE] 1 boîte (255 x 340 mm) contenant 3 puzzles de cartes imprimées sur bois (228 x 321 mm) : 1 carte de France (dont une petite carte de Paris), 1 carte d’Europe et 1 carte du Monde. Boîte recouverte de papier bleu, titre et une représentation d’un globe terrestre dorés sur le couvercle, encadrement de papier créme imprimé d'une frise florale. (défauts d'usage). Coffret contenant 3 puzzles géographiques : 1) « France divisée en 86 départements avec sièges archiépiscopaux et épiscopaux, Paris et ses Fortifications, dressée et dessinée sous la direction de Mr. J.G. Barbé du Bocage, Georges illustration et direction, Paris, Maison Basset, C. H. Smith sculpture ». 2) L’Europe : « Carte de l’Europe, dressée et dessinée sous la direction de Mr. J.G. Barbé du Bocage, Georges illustration et direction, Paris, Maison Basset, C h Smith sculpture. 3) Le Monde : « Mappemonde, dressée par A. R. Fremin, géographe, gravée par [Ch. Pyaroet], publiée par Logerot, quai des Augustins 55 ». Les 3 cartes sont imprimées sur papier et contrecollées sur bois, celles de la France et de l’Europe sont ornées d’un encadrement, toutes sont aquarellées à la main pour en distinguer les départements, pays ou continents. Ensemble en bel état. 1 box containing 3 geographical puzzles : 1) "France divided into 86 departments with archiepiscopal and episcopal seats, Paris and its Fortifications, drawn up and drawn under the direction of Mr. JG Barbé du Bocage, Paris, Maison Basset, CH Smith sculpture. 2) "Map of Europe, drawn under the direction of Mr. J.G. Barbé du Bocage, Georges illustration and direction, Paris, Maison Basset, C h Smith sculpture. 3) "World map, drawn up by A. R. Fremin, geographer, engraved by [Ch. Pyaroet], published by Logerot, Quai des Augustins. The 3 cards are printed on paper and past on wood, those of France and Europe are adorned with a frame, all are watercolored by hand to distinguish the departments, countries or continents. Nice set , well preserved in it’s original boxe.
method-draw-image (23)

Tableau du Royaume de Caboul et de ses dépendances, dans la Perse, la Tartarie et l’Inde, offrant les moeurs, usages et costumes de cet Empire. Par M. Mountstuart Elphinstone, Ambassadeur d’Angleterre à la Cour de Caboul. Traduit et abrégé de l’anglais par M. Breton.

ELPHINSTONE (Mountstuart). 3 vol. in-16 (139 x 90 mm.) de : Vol. 1 ; XLIV (dont faux titre, imprimeur, titre, préface, introduction) ; 1 frontispice colorié ; 189 pp. ; [1] f. (table) ; 3 gravures au pointillé coloriées hors texte ; Vol. 2 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice colorié ; 222 pp. ; [1] p. (table) ; 3 gravures au coloriées hors texte ; Vol. 3 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice colorié ; 223 pp. ; [1] f. (table) ; 5 gravures coloriées hors texte, soit un total de 3 frontispices et 11 gravures hors texte. Plein veau glacé d'époque, dos lisses ornés, titres et tomaisons de maroquin vert, frise florale encadrant les plats, dentelle intérieure, tranches dorées. (discrétes restaurations aux mors et aux coiffes, quelques rousseurs ou brunissures). EO française de l'une des oeuvres les plus complètes de l'époque au sujet du Royaume de Kaboul, actuel Afghanistan, due à un officier britannique, Mounstuart ELPHINSTONE (1779-1859). Il fut envoyé au Royaume de Kaboul par le gouvernement de l'Inde britannique en 1808. On y trouve une courte histoire de l'Afghanistan, qui se conclut avec l'arrivée des Britanniques en 1809, ainsi que la relation du voyage d'ELPHINSTONE. L'ouvrage dresse un tableau complet de la société afghane du début du XIXème siècle, époque où ce pays était encore méconnu en Europe occidentale. Bel exemplaire. Chadenat, 822. 3 vols. In-16°. 14 engr. Colored plates. Contemp. sheep. First French translation of one of the first exhaustive works on the kingdom of Kabul, now known as Afghanistan, written by a British official, Mountstuart Elphinstone (1779-1859). The work gives a good impression of Afghan society at the beginning of the nineteenth century, a time Afghanistan was still virtually unknown in Europe. Fine copy.
method-draw-image (23)

A NARRATIVE OF THE OPERATIONS OF A SMALL BRITISH FORCE, UNDER THE COMMAND OF BRIGADIER-GENERAL SIR SAMUEL AUCHMUTY, EMPLOYED IN THE REDUCTION OF MONTE VIDEO, ON THE RIVER PLATE, A.D. 1807. By a Field Officer on the Staff. Illustrated with a Plan of the Operations.

TUCKER (John Goulston Price)]. [AMÉRIQUE du SUD / URUGUAY]. 1 vol. in-4° ( 262 x 210 mm.) de: 60 pp., 1 carte gravée en frontispice avec serpente d'origine. (carte rognée court par le relieur à gauche touchant une lettre). Cartonnage demi-vélin de l’époque, dos lisse titré à l'encre brune. Rare exemplaire de cette relation rédigée par un officier sur le terrain, attribuée à John Goulston Price Tucker, de la prise de Montevideo par Samuel Auchmuty en 1807. Cette attaque s’inscrit dans une série d'incursions britanniques en Amérique du Sud au début du XIXe siècle. Auchmuty avait initialement pour mission de reprendre Buenos Aires, qui avait été brièvement sous contrôle britannique. Tenu en échec dans sa mission, il décide d’attaquer à proximité de Montevideo, ville beaucoup moins fortifiée que Buenos Aires. L’ouvrage contient le récit des opérations et le texte de l'ordre général d'Auchmuty déclarant la victoire. Une annexe donne la version d'Auchmuty des événements, avec les noms des Britanniques blessés et tués, les prises faites à Montevideo et les procédures connexes devant le Parlement. Le plan gravé placé en frontispice montre la région géographique, avec la délimitation des mouvements de troupes britanniques. Sabin, 51819 ; Alberich, 1248. 1 vol. in-4°. 1 engr. map. Contemp cardboard binding. Rare copy of the first and only édition of this work written by a field officer, attributed to John Goulston Price Tucker, of the capture of Montevideo by Samuel Auchmuty in 1807. Auchmuty (1758-1822) was born in New York, from a family of loyalists, was the son of the Rector of Trinity Church. This attack is part of a series of British incursions in South America in early Nineteenth century. Auchmuty's initial mission was to retake Buenos Aires, which had been briefly under British control. Held in check in his mission, he decides to attack near Montevideo, a city much less fortified than Buenos Aires. The book contains the narrative of the operations and the text of Auchmuty general order of declaring the victory. An appendix gives Auchmuty’s version of the events, with the names of the British employed in the attack and those who were killed, the catches made at Montevideo and the related proceedings in Parliament. The engraved plan placed as a frontispiece shows the geographical area, with the delimitation of the movements of British troops.
method-draw-image (23)

Arrimage des Vaisseaux, publié par ordre du Roi, Sous le Ministère de M. Le Comte de La Luzerne, Ministre & Secrétaire d’Etat, ayant le département de la Marine & des Colonies. Par M. De Missiessy Quiés, Lieutenant de Vaisseau.

BURGUES DE MISSIESSY (Edouard Jacques, Comte de). 1 vol in-4° (253x208 mm.) de : [2] ff. (Faux-titre, Titre), 152 pp. 6 planches dépliantes. Plein veau, triple filet doré encadrant les plats, armoiries au centre, dos lisse orné (reliure de l'époque). Première et seule édition de cet ouvrage de Burgues de Missiessy (1754-1837) sur l'arrimage des vaisseaux. Cet officier de marine (qui signa Missiessy Quiès jusqu'en 1804 puis Burgues Missiessy à partir de 1805) fit une brillante carrière qui le mena jusqu'au grade de vice-amiral (1807), et fut notamment directeur-adjoint de l'Ecole des constructions Navales. Il naviguait avant d'avoir dix ans, et obtint son premier grade à 14 ans. C'est au grade d'Enseigne de Vaisseau qu'il participe en 1778 à la Guerre d'Indépendance Américaine, puisqu'il embarque avec l'escadre du Comte d'Estaing sur la Vaillante pour les Etats-Unis, prenant part à tous les combats contre la flotte britannique mené par d'Estaing dans les eaux américaines. De retour en France, il écrit un premier ouvrage sur les signaux qui sera publié par ordre du Ministre de la Marine, comme le présent texte sur l'arrimage des vaisseaux, publié par l'Imprimerie Royale. Dans cet ouvrage technique, il aborde les questions du lestage et donne la comparaison du poids de la charge et du poids de la coque. L'intérêt de l'ouvrage consiste également dans la liste que donne Burgues de Missiessy des objets inamovibles, inconsommables, puis des consommables qui composaient la charge du vaisseau. L'illustration se compose de 6 planches : 1. Plan du lest de fer d'un vaisseau de 74 canons. 2. Premier plan de futailles d'un vaisseau de 74 canons. 3. Second plan de futailles d'un vaisseau de 74 canons. 4. Troisième plan de futailles d'un vaisseau de 74 canons. 5. Plan de l'Emménagement du Faux-Pont d'un vaisseau de 74 canons. 6. Plan de la Coupe Verticale-longitudunale d'un Vaisseau de 74 Canons. Au cours de sa brillante carrière, Burgues de Missiessy sera notamment Directeur adjoint de l'école des constructions navales. Superbe exemplaire, imprimé sur un papier vélin trés épais et paré d'une reliure aux armes royales de France. 1 vol. 4to. 6 folding plates. Full calf binding with the guilted arms of France. First and only edition of this scarce treatise by Burgues de Missiessy (1754-1837). At the beginning of his brilliant carrier as a sea officer (he was Vice Amiral in the French Navy in 1807), he served under Admiral d'Estaing during his campaigns in the American Revolutionary War. He also was Directeur of the French shipbuilding school. The present book was printed by order of the Governement. Superb copy of this rare work, printed on a special heavy velum paper with the binging of the king Louis the XVIth.
method-draw-image (23)

Observtions astronomiques et nautiques.

MANUSCRIPT] Sieur P.E S.E, Lieutenant de Frégate. 1 vol. in-8° oblong (155 x 200 mm) de : [11] ff. (Feuillet blanc, préface, table, titre) ; Partie 1 ; [5] ff. ; Partie 2 ; [11] ff. ; Partie 3 ; [3] ff. ; Partie 4 ; [10] ff. ; Partie 5 ; [22] ff. ; Partie 6 ; [50] ff. ; 1 planche dépliante ; Partie 7 ; [33] ff. ; 1 planche dépliante ; Partie 8 ; [10] ff. ; Partie 9 ; [6] ff. ; 1 planche dépliante ; Partie 10 ; [12] ff. ; Partie 11 ; 1 planche dépliante ; Partie 12 ; [4] ff. ; Partie 13 ; [11] ff. ; Partie 14 ; [2] ff. ; 2 planches dépliantes ; Partie 15 ; [6] ff. ; Partie 16 ; [24] ff. ; Partie 17 ; [4] ff. ; Partie 18 ; [6] ff. ; Partie 19 ; [8] ff. ; Partie 20 ; [8] ff. ; Partie 21 ; [5] ff. ; Partie 22 ; [12] ff. ; Partie 23 ; [5] ff. ; Partie 24 ; [11] ff. ; Partie 25 ; [3] ff. ; Partie 26 ; [3] ff. ; Partie 27 ; [5] ff. ; Partie 28 ; [8] ff. ; Partie 29 ; [5] ff. ; [7] ff. (Fin, noms des élèves, feuillet blanc). Soit un total de 310 feuillets et 6 planches dépliantes. Demi basane de l'époque, plats recouverts de papier dominoté vert à motifs floraux et renforts de maroquin et chevilles de bois aux extrémités, coupes cousues de fil de lin, cahiers maintenus par une couture nouée : étonnante reliure artisanale réalisée à bord d’un navire en utilisant les matériaux disponibles, dont des fragments de cartes nautiques et des notes manuscrites de navigation et cousue avec du fil à voiles (traces de rajouts et remplacements de parties par son propriétaire sur des papiers différents, usures, taches et défauts d’usage). Etonnant manuel d’instruction manuscrit d’un officier de marine français, constitué et relié à bord d’un navire au début de la guerre d’indépendance américaine, et utilisé et complété pendant sa carrière. En 1781, la marine Française est totalement engagée dans le conflit nord-américain dans lequel elle joue un rôle déterminant face à la flotte britannique. Sa puissance repose sur des navires et une artillerie moderne et sur la qualité de la formation de ses cadres. Le présent manuel, étonnant document original dont nous n’avons trouvé aucun équivalant, réunit la somme des connaissances techniques, pratiques et scientifiques que devait alors acquérir un officier de la « Royale » : astronomie, mathématiques, marées, cartographie, calcul de latitude et longitude, utilisation du compas et des instruments de navigation Son propriétaire, qui indique sur le titre ses initiales et son grade : « Sieur P.E S.E, Lieutenant de Frégate », a certainement exercé une fonction d’enseignant auprès des jeunes officiers. A l’époque, des ouvrages imprimés traitent de ces sujets (dont les traités de Pézenas, Bouguer ) mais cet officier à imaginé et produit un outil complet d’un format et d’une maniabilité lui permettant de l’avoir sur lui en permanence et notamment en mer ou il devait dispenser ses cours. Aussi, son aspect et les matériaux utilisés pour sa fabrication révèlent l’œuvre d’un voilier ou d’un cordonnier de bord plutôt que d’un relieur ! Manuel sans cesse perfectionné par son auteur : Il débute par une table des sujets traités renvoyant à une pagination qui a évoluée au cours des ans, remanié et complété, comme en atteste la présence de feuillets et cahiers refaits/remplacés rédigés sur un papier bleuté postérieur. L’ouvrage est abondamment illustré d’une centaine de dessins et schémas, la plupart aquarellés, dont 22 à pleine page, et de 6 planches dépliantes, le tout parfaitement dessiné: schémas astronomiques, diagrammes, instruments (dont une superbe sphère armillaire) et 3 cartes, dont 2 des environs de Brest et 1 de la méditerranée. L’écriture de l’ensemble, très lisible, est de la même main ainsi que les entêtes de chapitres, la plupart décorés. Nous avons relevé un total 30 parties ainsi nommées : 1 : « Notion sur les 4 règles d’arithmétique, à l’usage de l’art Maritime » ; 2 : « Calculs des Lunaisons » ; 3 : « De L’éttablissement Des Ports Du [basres] » ; 4 : « Des Pleines et Basses Mers » ; 5 : « Préliminaire De La Navigation » ; 6 : « Notion Sur La Sphère » ; 1 planche dépliante (schéma de la terre avec ses méridiens et parallèles) ; 7 : « Lever un Plan et Déterminer les Gissements des Cotes » ; 1 planche dépliante (schéma et plan d’une côte) ; 8 : « Notion Sur Les Cartes Marine » ; 9 : « De la Carte Platte » ; 1 planche dépliante (carte d’une partie de la mer Méditerranée) ; 10 : « Notion Sur Les Problèmes Simples & Composés » ; 11 : « De La Carte Réduite » ; 1 planche dépliante (schéma et carte des côtes aux environs de Brest) ; 12 : « Notion Sur La Longitude » ; 13 : « Notion Sur Les Méridiens » ; 14 : « Notion Sur Les [Amares], [Dérives], Variations, Et Routes Corrigées » ; 2 planches dépliantes (schémas et tableaux) ; 15 : « Problèmes Particuliers » ; 16 : « Notion Sur Les Amplitudes Et Variations du Compas » ; 17 : « Trouver L’heure Du Lever Et Coucher Du Soleil » ; 18 : « Trouver L’heure du Lever Et Coucher De la Lune » ; 19 : « Des Différences Assensionnelles » ; 20 : « Notion Sur Le [L’och] » ; 21 : « Des Instruments Astronomiques » ; 22 : « Abrégé de L’octant. De Ses Propriétés, Vérification, et Manières D’observer La hauteur Du Pole » ; 23 : « Notion Sur Deux Hauteurs Correspondantes D’un Même Astre » ; 24 : « Du Quartier Sphérique » ; 25 : « Variations Observées en 1769 » ; 26 : « Cadrans, Méridionals, Orientals Et Occidentals » ; 27 : « Pronostic De La Mer, Du Vent, et Signes Des Ouragans Dans L’océan » ; 28 : « Notion Sur Les Etoiles » ; 29 : « Questions Résolues Par L’astronomie ». Partie 30 : Noms des élèves, fait par l’auteur du livre. La liste des noms des élèves de l’officier indique le « lieux de leur naissance ». Y figure quelques noms ce familles de marins connues comme « La Touche », « Audibert » La majorité sont originaires de ports de Méditerranée (Toulon, Marseille, Cannes, Bastia ) mais aussi de Bretagne (Brest, Vannes ) ainsi que des colonies (Pondichery). Précieux et étonnant document maritime d’un grand intérêt historique, objet original unique en son genre dans sa conception et sa réalisatio
method-draw-image (23)

A Bengal atlas : containing maps of the theatre of war and commerce on that side of Hindoostan. compiled from the original surveys; and published by order of the Honourable the Court of Directors for the Affairs of the East India Company ; by James Rennell late Major of Engineers, and Surveyors General in Bengal.

RENNELL (James). 1 vol in-4° ( 235 x 290 mm.) de: [1] ff. (titre), 54 pp. (contents, advertisement, tables of routes and distances, 1 carte dépliante (face à p. 8: "map of the inland navigation"), [1] titre gravé avec carte index des divisions, 20 cartes dépliantes et 1 planche dépliante avec 2 vues avec numérotation à imprimée au dos de 1 à 21; papillon imprimé relié au début indiquant que la carte n° XXII "Plan of the battle of Buxar" n'est pas parrue). Plein veau marbré d'époque, dos à faux nerfs orné de filets dorés, titre de maroquin rouge, encadrement de filets dorés sur les plats, roulette dorée sur les coupes (rares rousseurs, coiffes discrétement restraurées). Seconde édition, augmentée, de cet atlas publié à la suite des campagnes Britannique en Inde. Après une carrière dans l'armée de la Compagnie des Indes orientales au cours de laquelle il se distingua dans les campagnes de Clive, James Rennell fut nommé arpenteur général du Bengale en 1764. À ce titre, il dirigea une grande partie de la première cartographie de l'Inde orientale, qui aboutit à la publication de son atlas du Bengale. La première édition de 1780 est très rare car l’essentiel du stock, expédié par bateau de Londres en l'Inde en juillet 1780, fut capturé en route par les Espagnols. La carte de la navigation intérieure n’est pas numérotée. La page gravée des légendes reliée avant les cartes comporte une carte miniature donnant l’index des 8 divisions du Bengal et de Bahar. Suivent 20 cartes numérotées au dos de 1 à 20, puis la planche donnant les vues de Oudanulla et de Chunargur porte le numéro 21. Cet atlas constitue la première publication de cartes de détails de ces régions d’Asie. Bel exemplaire conservé dans sa reliure d’origine. 1 vol. in-4 °. [1] ff. (title), 54 pp. (contents, advertisement, tables of roads and distances, 1 folding map (facing page 8: "map of the inland navigation"), [1] engraved title with division index map, 20 folding maps and 1 folding map with 2 printed with numbering printed on the back from 1 to 21; printed labef bound at the beginning indicating that map No. XXII, Plan of the Battle of Buxar" was not published. Contemp. calf. Second edition, enlarged, of this atlas published after the British campaigns in India. After a career in the East India Company's army during which he distinguished himself in Clive's campaigns, James Rennell was appointed surveyor-general of Bengal in 1764. In this capacity he supervised much of the early mapping of eastern India, which culminated in the publication of his Bengal Atlas. The first 1780 edition is very rare because the main consignment sent by ship from London to India in July 1780 was captured by the Spanish on it’s way. The inland navigation map is not numbered. The engraved page of the legends bound before the maps includes a miniature map giving the index of the 8 divisions of Bengal and Bahar. Then follow 20 maps (first 10 with colored lines), numbered on the back from 1 to 20, then folow a plate giving the views of Oudanulla and Chunargur is number 21. This atlas is the first publication of detailed maps of these areas of Asia. Fine copy preserved in its original binding.
method-draw-image (23)

Recueil des bâtiments dans lesquels a navigué Jean Jaubert de Marseille de 1776 jusqu’à [1815].

MANUSCRIT ORIGINAL / AQUARELLES/ MARINE]. 1 vol. in-folio (340 x 210 mm.) de: 73 pp. de texte manuscrit. 45 aquarelles ou gouaches et 1 lavis d’encre représentants des navires de diverses nations et une prison. Reliure d’origine en parchemin doublée, reliure intérieure renforcée de manuscrits sur papier en italien, au dos desquels se trouvent des aquarelles de navires. (Reliure conservée « dans son jus », avec ses défauts d’usage et traces de salissures diverses, quelques restaurations de papier ou comblements anciens. D’après la numérotation manuscrite, 7 ff. seraient absents). Précieux « livre de bord » personnel d’un marin de Marseille couvrant une période d’une quarantaine d’années, relatant ses embarquements successifs au commerce et dans la « Royale », de 1776 jusqu'à sa capture le 3 novembre 1805, sa détention sur les pontons et à la prison de Dartmoor jusqu’au 27 mai 1814, et ses derniers embarquements de juin 1814 au 5 novembre 1817 : document d’une valeur considérable pour la connaissance du milieu maritime de la fin du 18ème siècle, de l’important trafic en Méditerranée et au-delà, avec en outre des récits de première main des batailles d’Aboukir et de Trafalgar et de la vie des matelots français prisonniers sur les pontons britanniques. Ainsi nous pouvons articuler le manuscrit comme suit : Première partie : Du premier embarquement à Trafalgar (1776-1805) ; Deuxième partie : Captivité sur les pontons et à Dartmoor (1805-1814) ; Troisième partie : Liberté retrouvée. Derniers embarquements. (Mai 1814-Novembre 1817). Première partie : du premier embarquement à Trafalgar (1776-1805) : elle comporte 31 embarquements, avec un texte indiquant, pour chaque navire, le récit détaillé de la navigation et une aquarelle le représentant. Ces navigations « au commerce », toutes en Méditerranée, sauf deux aux Antilles, deviennent à partir du 18ème embarquement (1792) des navigations d’escadre au service du Roi, de la République, puis de l’Empereur, dont la première, après un combat contre les Anglais, s’achève par une désertion et un emprisonnement. La lecture de ce pittoresque et émouvant document laisse l’impression d’une vie tout entière dévouée à l’action : A peine débarqué et malgré toutes les péripéties, Jaubert recherche immédiatement un autre navire, comme si le sol lui brulait les pieds ; attitude qui n’est pas sans rappeler celle de l’illustre Duguay Trouin. Les aventures vécues par Jaubert sont innombrables : il se retrouve passager clandestin sur un brigantin italien ; conduit le Pacha de Constantinople en Crète, le Grand Vizir de Crète à Constantinople et des femmes grecques d’île en île ; amène d’Alger à Marseille 280 esclaves français capturés à Corfou ; charge des figues à Calamata, des oranges, du beurre, du fromage et du bétail à Cire (Skyros ?) ; transporte du café et du sucre de Guadeloupe jusqu’à Marseille ; vend des raisins de Corinthe et du tabac de Trieste à Gênes ; prend de l’orge à Bizerte qu’il négocie à Malte ; poursuit des corsaires et des pirates « Mahomains » ; livre du blé à Bône pour le bey d’Alger; échappe de peu à une épidémie de peste ; fait de la contrebande de Livourne à Barcelone ; est à deux doigts de tomber, comme il dit « en esclavitude » près de Hydra ; affronte maintes tempêtes ; est attaqué par des vaisseaux anglais, etc Cette première partie, trépidante, se termine en 1803, après la 38ème navigation, par une incarcération « menottes et chaîne au cou » au Fort Saint-Nicolas de Marseille, puis à Toulon. Elle est illustrée de 31 aquarelles, représentant avec une remarquable précision les coques et gréements des tartanes, barques, bricks, corvettes, bombardes, chebecks, seneaux, vaisseaux, brigantins, polacres, boulichous, frégates, goélettes, etc sur lesquels il embarque. Deux de ces aquarelles sont signées : l’une « Degun fecit in Gange » (n°10), l’autre « Degun fecit in nave Gange 1812 » (n°11). Or, Jaubert indique plus loin qu’il fut emprisonné 27 mois à bord du ponton anglais Le Gange, commandé par le « Capitaine Le Roux, Face de Feu » à partir de 1811. Il est donc possible que Degun, aquarelliste de talent, détenu lui-même sur le Gange, ai dessiné les navires que lui décrivait son compagnon d’infortune à partir de notes conservées de ses navigations. La qualité de ces aquarelles est proche des travaux des portraitistes de navires comme les « Roux » de Marseille. La variété des navires de toutes origines sur lesquels séjourne Jaubert constitue une remarquable source d’informations sur le trafic maritime de l’époque en méditerranée, et des acteurs : français, italiens, espagnols, grecs, arabes et même américains. De même la nature des cargaisons () et les ports d’escales cités sont autant de détails précieux (Marseille, Toulon, Barcelone, Livourne, Mahon, Alger, Constantinople, Salonique, Corfou, Malte, Messine, Gènes, Cire, Cadix, Malaga, Trieste, Minna. Jaubert relate aussi son enrôlement à bord de plusieurs navires de la « Royale », dont le vaisseau le Scipion qui participe à la bataille d’Aboukir en 1793 (figure la liste des navires de l’escadre française). Après divers embarquements au commerce, notre marin retrouvera la Royale en 1805 : Jaubert est nommé gabier de hune sur le vaisseau Le Formidable, armé de 80 canons, qui part pour Gibraltar et gagne les Antilles, dans l’escadre de l’Amiral Villeneuve. Son récit relate diverses fortunes de mer et donne le détail des opérations militaires victorieuse de l’Amiral contre les anglais en Martinique, puis en Guadeloupe, ainsi que des prises effectuées: Au retour de la Guadeloupe, au large des Açores le navire fait «prise d’un bâtiment marchant anglais, (d’) un corsaire idem avec une prise d’un bâtiment marchand espagnol qui venoit de l’Indes chargé de marchandises sèches de l’Indes et (de) huit millions d’argent monnoyes que nous avons pris à la remorque et le même soir nous avons bruler le batiment marchand pris anglais ainsi que le corsaire qui avoit fait la prise espagnole » (Fin juin 1805). Après avoir pris part à la bataille nava
method-draw-image (23)

La Mécanique des Langues et l’Art de les enseigner. Supplément à la mécanique des langues.

PLUCHE (Abbé). 1 vol in-12° (170 x 100 mm.) de : [2] ff. (faux titre, titre) ; XXIV (préface) ; 340 pp. ; [2] ff. (approbation, privilège) ; 47 pp (supplément). Pleine basane d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin brun, tranches marbrées. (coins et coiffes accidentés). Edition originale de cet ouvrage précurseur sur la didactique des langues par l’Abbé Pluche (1688-1761), publiée en 1751 et accompagnée de son « Supplément » ajouté en 1753. Au XVIIème et au XVIIIème siècle, aux côtés d’auteurs tels que Du Marsais, Beauzée, Diderot ou encore d'Alembert, est développée la « mécanique des langues » qui vise améliorer leur enseignement dans les collèges. Partant du postulat providentiel, dans cet ouvrage l’auteur s’intéresse notamment à l’origine du langage et à la construction des langues. Un travail au service d’une nouvelle méthode d’apprentissage appelée autrefois méthode « mécanique » ou « naturelle », qui privilégie la découverte progressive par la mise en situation au travers de textes de grands auteurs, de leur explication et traduction. Un enseignement qu’on qualifierait de nos jours de méthode « pratique », d’apprentissage par l’exemple. Cette approche novatrice lui vaudra cependant de vives critiques auxquelles il répondra dans un « Supplément » ajouté plus tard. Dans celui-ci, il défend sa position sur l’enseignement des langues et les avantages de sa méthode. Son travail comprend également une partie sur la théorie du Beau et l’enseignement des beaux-arts. Bel exemplaire. 1 vol. in-12°. Contemp. sheeFirst edition of this pioneering work on the didactics of languages by Abbot Pluche (1688-1761), published in 1751 and accompanied by his "Supplement" added in 1753. In the 17th and 18th centuries, authors such as du Marsais, Beauzée, Diderot or d'Alembert, developed the "mechanics of languages" which aims to improve their teaching in colleges. Starting from the providential postulate, in this book the author is particularly interested in the origin of language and the construction of languages. A work at the service of a new method of learning called formerly "mechanical" or "natural" method, which favors the progressive discovery by the setting in situation through texts of great authors, their explanation and translation. A teaching that we would describe today as a "practical" method, learning by example. This innovative approach, however, will earn him strong criticism that he will answer in a "supplement" added later. In it, he defends his position on the teaching of languages and the advantages of his method. His work also includes a part on the theory of Beau and the teaching of fine arts.
method-draw-image (23)

La petite Guerre, ou Traité du Service des Troupes légères en campagne. Par ., Capitaine, avec Commission de Lieutenant Colonel de Cavalerie au corps des Volontaires des Troupes de Flandre

GRANDMAISON (Philippe Augustin Thomas de). 1 vol. in-8° (170 x 104 mm.) de : [6] ff. (faux titre, titre, privilège, table) ; 417 pp. ; [2] pp. (errata, approbation) Plein veau raciné d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin rouge, frise dorée encadrant les plats. (Restauration discrète d’un mors). Rare édition originale de l'un des textes fondateurs de la théorie de la petite guerre. C’est en 1746 que le maréchal de Saxe révéla sa parfaite maîtrise de la stratégie indirecte, à travers l’utilisation de la « petite guerre », du harcèlement continu, pour vaincre l’ennemi au détail. Au milieu du 18ème siècle, la pratique de la « petite guerre », modérément entachée par quelques échecs, avait forcé l’admiration générale en France, au point que les chefs légendaires de compagnies franches servirent d’exemples aux dictionnaires du temps (La Chesnaye, Trévoux, l’Encyclopédie), pour illustrer leurs définitions de la « petite guerre ». Cet ouvrage de Grandmaison est la seconde publication qui traite du sujet, faisant suite au traité du chevalier de Lacroix (fils du célèbre partisan de la fin de règne de Louis XIV) paru en 1752. Bel exemplaire, frais. 1 vol. In-8°. Contemporary full calf. Original edition of one of the founding texts of the theory of the « petite guerre» (little war). It was in 1746 that Maréchal de Saxe revealed his perfect mastery of indirect strategy, through the use of "petite guerre", continuous harassment, to defeat the enemy at retail. In the middle of the 18th century, the practice of the "petite guerre" forced the general admiration in France, to the point that the legendary leaders of free companies served as examples in the dictionaries of the time (La Chesnaye , Trévoux, the Encyclopédie), to illustrate their definitions of "petite guerre". This work of Grandmaison is the second publication that deals with the subject, following the Treaty of the Knight of Lacroix (son of the famous supporter of the end of reign of Louis XIV) published in 1752. Fine copy.
method-draw-image (23)

Ordre et Signaux de Mr le Maréchal d’ESTRÉES, le 10 Juin 1686 [pour le Vaisseau] L’Entreprenant.

ESTRÉES (Jean, Comte d') 1 cahier in-folio (304x203 mm.) manuscrit à l'encre brune de [20] pp. (dont 2 bl.) , signé «Le Mareschal d'ESTRÉES». Brochage d'origine cousu d'un lacet deparchemin (traces de plis, salissures et défauts d'usage). Précieux exemplaire de bord d’un ordre de bataille manuscrit signé par le maréchall d’Estrée le 10 juin 1686 et destiné au navire l’« Entreprenant », document de tactique navale portant la marque du grand théoricien Paul Hoste, chapelain embarqué de l’amiral. Au printemps 1686, la France est au milieu d'une courte période de paix qui sera interrompue par la Guerre de la Ligue d'Augsbourg en septembre 1688. Selon la volonté de Louis xiv, la flotte française a été modernisée et puissamment armée afin de répondre aux nécessités stratégiques de l’époque. L’enjeu de la succession d’Espagne pousse ainsi le Roi à maintenir une flotte importante prés de Cadix. Commandée par l’Amiral d’Estrée (1624-1707), elle est constituée de 41 vaisseaux répartis en 4 escadres venues de Brest, Rochefort, Le Havre, Dunkerque et Toulon. Le présent document, signé de la main de l’amiral et daté du 10 juin 1686, donne l’ensemble des ordres et signaux destinés au vaisseau de 60 canons l’ »Entreprenant », faisant partie de la seconde escadre. Ce navire est commandé par François-Annibal de Béthune (1642-1732), brillant officier qui parviendra au grade d’amiral. La tactique navale française est alors en pleine révolution. Son grand théoricien, Paul Hoste (1652-1700), chapelain et conseiller de l’amiral, élabore les bases qui marqueront cette science pour un siècle avec la parution de son traité « l’art des armées navales » (1697). Mathématicien de formation devenu chapelain de l’amiral d'Estrées (puis de Tourville), ce « Jésuite embarqué", en plus de ses attributions de chapelain, étudie les manœuvres, les codifie et devient le principal conseiller de l’amiral en matière de tactique. Le présent document porte la marque de la modernité apportée par Hoste, donnant de façon précise et détaillée les ordres de mouillage, de bataille, les signaux de jour, de nuit, de brume, de combat, de reconnaissance autant d’éléments qui seront développés dans son ouvrage rédigé vers 1690. Remarquable « vestige de bord » de tactique navale, de toute rareté sur le marché pour cette époque, ce type de document secret et confidentiel devant être normalement détruit après utilisation. "Histoire abrégée de l'Europe, Leide 1686, pp. 26 à 29. 1 vol. in folio. Manuscript in brown ink of [20] pp., signed " le mareschal d’ESTRÉES". Hold by a vellum string. Precious handwritten order of battle signed by Admiral d'Estrée June 10, 1686 and intended for the ship l’ "Entreprenant", naval tactical document bearing the mark of the great theorist Paul Hoste, chaplain of the Admiral. In the spring of 1686, France lives a short period of peace that will be interrupted by the War of the League of Augsburg launched in September 1688. Folowing the orders of Louis XIV, the French fleet has been modernized and powerfully armed to meet the strategic necessities of the time. The conflict about of the Spanish succession pushes the King to maintain a large fleet near Cadiz. Under the command of Admiral d'Estrée (1624-1707), it consists of 41 ships divided into 4 squadrons from Brest, Rochefort, Le Havre, Dunkirk and Toulon. This document, signed by the Admiral and dated June 10, 1686, gives all the orders and signals for the 60-gun ship l"Entreprenant", part of the second squadron. This ship is commanded by François-Annibal de Bethune (1642-1732), brilliant officer who will reach the rank of admiral. French naval tactics are at the time in major evolution. His great theoretician, Paul Hoste (1652-1700), chaplain and adviser of the admiral, elaborates the bases that mark this science for a century with the publication of his treatise "l’art des armées navales" (1697). Mathematician who became chaplain to Admiral d'Estrées (then Tourville), this "embarked jesuit", in addition to his responsibilities, studied the maneuvers, codified them and became the admiral's main adviser about tactic. The present document bears the mark of modernity brought by Hoste, giving precise and detailed orders of anchorage, battle, signals of day, night, mist, combat, recognition . all elements which will be developed in his work written around 1690. Remarkable remnant of naval tactics, of any scarcity on the market for that time, this type of secret and confidential document to be normally destroyed after use.
method-draw-image (23)

Relation de divers voyages faits dans l’Afrique, dans l’Amérique et aux Indes Occidentales. La description du royaume de Juda et quelques particularitez touchant la vie du Roy regnant. La relation d’une isle nouvellement habitée dans le détroit de Malacca en Asie, et l’histoire de deux princes de Golconde, par sieur Draslé.

DRASLE DE GRAND PIERRE. 1 vol. in-12° (165 x 95 mm.) de : [3] ff. (titre, table) ; 352 pp. ; [2] ff. (approbation, privilège) Plein veau d'époque, dos à nerfs orné, titre de marocain brun, roulette sur les coupes, tranches rouges. Ex libris gravé J. B.T.A ( Jean, Baptiste, Thomas, Antoine) de Chauliac (1765.), Chr de St Louis, Lt colonel de cavalerie. (coiffe supérieure accidentée). Rare édition originale (les suivantes sont de 1726 et 1728) de cette précieuse relation d'un périple effectué entre 1700 et 1718. Ces voyages, dont l'auteur nous livre les souvenirs, sont de constantes allées et venues entre les continents; fait prisonnier par les anglais, il est contraint de visiter certaines parties de l'Afrique noire. Libéré, il revient en Amérique et cherche à participer à des faits militaires. Ses récits sont tissus d'anecdotes souvent pleines d'intérêt et parfois cocasses (cf: p. 7, à propos de Buénos-Aires: "Les femmes y sont belles, vives, spirituelles, et galantes, et assez bien prévenues des François, à qui elles font volontiers des avances, comme si elles vouloient les consoler de l'incivilité de leurs péres ou de leurs maris, qui sont toujours un peu dominés à notre égard par leur antipathie Espagniole. Cependant, il faut rendre justice à ceux qui habitent Buénos-Aires, je ne les ay point trouvés jaloux comme les autres, et ils ont méme des usages assez François à l'égard de leurs épouses, à qui nous allions rendre visite avec beaucoup de liberté, et sans qu'ils le trouvassent mauvais. Il semble que quelque air de Paris ait passé en ce pays, et qu'il en ai chassé la jalousie Espagnole.") et parsemés de descriptions de villes et de royaumes tropicaux. Liste des pays traversés : Amérique du Sud. Brésil. Argentine. Mexique. Afrique. Guinée. Bénin. Martinique. Asie. Indonésie. Ile de la pierre Blanche. Inde. Bel exemplaire dans sa reliure d'origine. Sabin 20885, 28273; The Huth Library, p. 446; Huth salecat. 2464; Cioranescu 25362; European Americana 718/48; Gay, Bibliographie del' Afrique et de l' Arabie, 222; Duviols, L'Amérique espagnole vue et rêvée, p. 444 (p. De titre reproduite); CRLV f. 172; inconnu de Borba de Moraes. 1 vol. in-12°. Contemp. calf. Rare first edition (the following are from 1726 and 1728) of this precious relation of a journey made between 1700 and 1718. These trips, that author gives us the account, are constant comings and goings between continents : taken prisoner by the English, he is forced to visit parts of Black Africa. Released, he returns to America and seeks to participate in military events. His stories are anecdotes often full of interest and sometimes funny (see: p. 7, about Buenos-Aires: "Women are beautiful, lively, witty, and gallant, and quite well prevented from Francis, to whom they willingly make advances, as if they wished to console them for the incivility of their fathers or their husbands, who are always a little dominated by Spanish antipathy, but we must render justice to those who live. Buenos Aires, I did not find them jealous like the others, and they even used French enough with regard to their wives, to whom we went to visit with a lot of freedom, and without them finding it bad. It seems that some air of Paris has passed into this country, and that it has expelled the Spanish jealousy . ") and strewn with descriptions of cities and tropical kingdoms. List of countries crossed: South America. Brazil. Argentina. Mexico. Africa. Guinea. Benign. Martinique. Asia. Indonesia. White Stone Island. India. Fine copy, in its original binding.
method-draw-image (23)

L’Egypte et la Syrie ou moeurs, usages, costumes et monumens des Egyptiens, des Arabes et des Syriens. Par M. Breton. Précédé d’un précis historique. Orné de 84 planches dont une partie a été exécutée d’après les dessins originaux et inédits, et l’autre d’après l’ouvrage de Louis Mayer. Accompagné de notes et Eclarcissemens fournis par M. Marcel, Directeur de l’Imprimerie impériale, membre de la commission d’Egypte.

BRETON DE LA MARTINIÈRE (Jean Baptiste Joseph) 6 vol. in-16° (140 x 90 mm) de : Vol. 1 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice dépliant ; XVI (préface, avis au relieur) ; 202 pp. ; [1] f. (table) ; 10 gravures hors texte ; Vol. 2 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice sur double page ; 226 pp. ; [1] f. (table) ; 15 gravures hors texte ; Vol. 3 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice dépliant ; 18 ; 254 pp. ; [1] f. (table) ; 18 gravures hors texte ; Vol. 4 ; [2] ff. (faux titre, titre) ; 1 frontispice sur double page ; 206 pp. ; [1] f. (table) ; 13 gravures hors texte ; Vol. 5 ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice sur double page ; 249 pp. ; [1] f. (table) ; 13 gravures hors texte ; [2] ff. (faux titre, imprimeur, titre) ; 1 frontispice ; 272 pp. (dont table) ; 9 gravures hors texte. Soit un total de 6 frontispices (3 dépliants et 3 sur double page) et 78 gravures hors texte (dont de nombreuses sur double page), avec coloris et réhauts à l'or d'époque. Plein maroquin havane, dos lisse, caissons ornés de motifs égyptiens, sous étuis, tranches dorées, couvertures éditeur conservées placées par le relieur sur les plats intérieurs. Edition originale, superbement reliée et en coloris d’époque avec rehauts d’or, de cet ouvrage consacré à l’Egypte et au Proche Orient. Jean Baptiste-Joseph Breton de la Martinière (1777-1852), réalise ici un travail particulièrement réaliste et documenté. Grand acteur de la sténographie judiciaire en France, cofondateur et gérant de la Gazette des Tribunaux, il connaissant presque toutes les langues de l’Europe (anglais, allemand, espagnol, flamand, hollandais, italien). Il était ainsi l’homme idéal pour réaliser ce travail que lui confia l’éditeur Nepveu, Libraire passionné des voyages. Breton a produit des travaux similaires sur la Chine et la Russie. Pour son livre sur l'Egypte et la Syrie, il fait appel à Jean-Joseph Marcel, élève de Louis-Mathieu Langlès. Marcel, qui avait participé à la publication de "La recherche asiatique" de Langlès, avait accompagné Napoléon en Égypte en 1798. Il cède à Breton non seulement des informations, mais également des dessins qu'il avait lui-même réalisés dans la course de son voyage et que Breton y ajoute ceux de Luigi Mayer publiés en Angleterre plus de dix ans auparavant. Dans sa préface, Breton fait l'éloge de la réussite des Français en Égypte "où le nom français a laissé de si beaux souvenirs". Le texte, de loin supérieur à celui de l'édition anglaise de Mayer, fournit des informations sur les coutumes, les religions et les antiquités de la région, et son ton est très anti-anglais. L’iconographie constituée de 84 planches comporte une importante partie ethnographique : habitants de toutes catégorie sociale, scènes de vie, artisanat, objets, mobilier, armes, instruments de musique ainsi qu’un ensemble de vues de monuments, cités et paysages de Terre Sainte et d'Égypte. Les planches doubles page sont pour la plupart des versions réduites des planches de l’Égypte de Mayer. L’ensemble est en coloris d’époque avec des rehauts d’or particulièrement frais. Superbe exemplaire. Blackmer 200; Brunet I-1226; Atabey 148. 6 vol. in-16°. 84 colored plates. Contemp. morocco. First edition, beautifully bound and in period colors with heightened gold, of this book dedicated to Egypt and the Middle East. Jean Baptiste-Joseph Breton Martinière (1777-1852), performs here a particularly realistic and documented work. A major actor in court reporting in France, co-founder and manager of the Gazette des Tribunaux, he knows almost all the languages of Europe (English, German, Spanish, Flemish, Dutch, Italian). He was thus the ideal man to carry out the work entrusted to him by the publisher Nepveu, a bookseller passionate about travel. Breton has produced similar works on China and Russia. For his book on Egypt and Syria, he appeals to Jean-Joseph Marcel, a student of Louis-Mathieu Langlès. Marcel, who had participated in the publication of Langlès's "La recherche asiatique", and had accompanied Napoleon to Egypt in 1798. He yielded to Breton not only information, but also unpublished drawings he had himself made during his journey and that Breton adds those of Luigi Mayer published in England. In his preface, Breton praises the success of the French in Egypt "where the French name has left such beautiful memories." The text, far superior to that of the English edition of Mayer, provides information on the customs, religions and antiquities of the region, and its tone is very anti-English. The iconography consists of 84 plates with an important ethnographic part: inhabitants of all social categories, scenes of life, crafts, objects, furniture, weapons, musical instruments and views of monuments, cities and landscapes of the Holy Land and from Egypt. The double page plates are mostly reduced versions of Mayer's Egypt. The set is in period colors with especially fresh. Superb copy.
method-draw-image (23)

Traité de la construction des vaisseaux, avec des Eclaircissements & Démonstrations touchant l’Ouvrage intitulé : Architectura Navalis Mercatoria, &c. Traduit du Suédois par M. Vial du Clairbois.

CHAPMAN (Frédéric-Henri de) / VIAL DU CLAIBOIS (Honoré, Sébastien) [Traducteur] 1 vol. in-4° (254 x 195 mm) de : xxv pp. ; [3] pp. (privilége, avertissement du traducteur, table) ; 219, [1] pp. ; 20 planches dépliantes + 40 ff. manuscrits en anglais à l'encre insérés au début et à la fin du texte, avec shémas, intitulées " Carlsunds elucidation of Chapmas, Parabolic System". Pleine basane racinée d'époque, dos lisse orné, titre de maroquin rouge. (défauts d'usage, mors discrétement restaurés, petite découpe en marge supérieure du titre et ff. suivant, corps d'ouvrage frais). Edition française, traduite sur l’Edition suédoise, d’un des plus célèbre traité d’architecture naval produit au 18éme siècle. Exemplaire truffé de 80 pages de notes et schémas additifs manuscrits en anglais. Au 18ème siècle, l’architecture navale est l’équivalant de ce que sera au 20ème l’industrie aéronautique et spatiale. Cependant, en 1750 elle demeure un art empirique reposant sur les connaissances et l’œil de quelques maîtres charpentiers exceptionnels : la plupart des navires militaires et marchands sont construits sans plan précis, d’après de simples esquisses et maquettes d’arsenaux. L’ouvrage du français Duhamel Du Monceau « Eléments de l'Architecture navale. », publié en 1752, est ainsi une véritable révolution. Il aborde pour la première fois la construction navale de manière scientifique et accessible à tous. Dès lors, les chantiers civils et militaires adoptent un travail rationnel s’appuyant sur les sciences physiques et mathématiques et des plans parfaitement établis. Le présent ouvrage du Suédois Frédéric Henry de Chapman, (1721-1808) parait pour la première fois en 1775. Traduit dans plusieurs langues, il ne connaitra une édition en en anglais qu’en 1820 (Smith, Cambridge). La présente édition française est due à Sébastien Vial de Clairbois, (1733-1816), ingénieur naval et un historien de la Marine, qui y ajoute ses propres notes. Ce traité est l’œuvre d’un marin qui connaissait parfaitement la construction des vaisseaux. Frédéric Chapman est né à Göteborg, le grand port suédois de la mer du Nord. A l'âge de 15 ans, il part pour Stockholm afin d'y apprendre l'art de la construction navale. Il ouvre avec un associé un chantier naval à Göteborg dès 1744. Cela ne l'empêche pas de voyager beaucoup et même d'être brièvement arrêté en 1741, alors qu'il visite sans autorisation un chantier anglais. En 1750 il suit les cours de mathématiques de l'anglais Thomas Simpson (1710-1761). Il va ainsi utiliser la méthode de Simpson (calcul numérique d'une intégrale) pour déterminer de façon mathématique les différentes caractéristiques d'un navire (volumes, surfaces, centre de gravité ). En 1757, il est engagé par les chantiers royaux suédois. Il en prend la direction sur ordre du roi Gustave III (1771-1792) qui l'anoblit en 1772. Il est alors chargé de relever la flotte suédoise tombée quelque peu en décrépitude. Il construira au total 24 vaisseaux de ligne. Nommé au grade de vice amiral en 1791, il cesse son activité en 1793, alors âgé de 72 ans. L'ouvrage se divise en IX chapitres traitant de chaque aspect de la construction : déplacement, stabilité, centre de gravité, résistance, voiles, proportions des bâtiments et des gréements et pratique de la construction. Il est illustré de 8 tableaux hors texte dont 2 dépliants et de 11 planches hors texte dont 3 dépliantes de schémas de navires en coupe. Exemplaire ayant été utilisé par un chantier de construction britannique : il est truffé d’une quarantaine de feuillets manuscrits à l’encre d’additions et notes, schémas, tableaux de calcul ainsi que d’annotations dans les marges, le tout rédigé en anglais. Provenance : James Ronalds, London (ex-libris manuscrit) et « Institution of Naval Architects, Scott Library Collection, 1930 (étiquette imprimée). Ainsi, alors qu’une édition anglaise était disponible à partir de 1820, des architectes britanniques ont continué à utiliser le présent exemplaire et l’ont complété par de larges ajouts manuscrits. 1 vol. in-4 °. 20 fold. Plates + 40 ff. manuscripts inserted at the beginning and at the end of the text, with diagrams, entitled "Carlsunds Elucidation of Chapmas, Parabolic System". Contemp. sheep. French edition translated from the Swedish, of one of the most famous naval architecture treatises produced in the 18th century. Copy with 80 pages of notes and handwritten addendum diagrams in English. In the 18th century, naval architecture is the equivalent of what will be the 20th aerospace industry. However, in 1750 it remains an empirical art based on the knowledge and the eye of some exceptional master carpenters: most military and merchant ships are built without a specific plan, based on simple sketches and arsenal models. Duhamel Du Monceau's work "Elements d’architecture navale" published in 1752, is a revolution. It addresses shipbuilding for the first time in a scientific way and accessible to all. From then, the civil and military shipyards adopt a rational work based on the physical and mathematical sciences and perfectly established plans. This work by Sweden Frederick Henry of Chapman, (1721-1808) appeared for the first time in 1775. Translated into several languages, he will not know an edition in English until 1820 (Smith, Cambridge). This French edition is due to Sébastien Vial de Clairbois, (1733-1816), naval engineer and a naval historian, who adds his own notes. This treatise is the work of a sailor who knew perfectly the construction of the vessels. Frederic Chapman was born in Gothenburg, the great Swedish port of the North Sea. At the age of 15, he left for Stockholm to learn the art of shipbuilding. With a partner he opened a shipyard in Gothenburg from 1744. This did not prevent him from traveling a lot and even being briefly arrested in 1741, when he visited an English shipyard without authorization. In 1750 he took the mathematics classes of English Thomas Simpson (1710-1761). He will thus use Simpson's method (numerical calculation of an integral) to determine mathematically the
method-draw-image (23)

Tactique Navale ou Traité des Evolutions et des Signaux.

BIGOT DE MOROGUES (Sébastien-François). 1 vol. in-4° (298 x 225 mm.) de [2] ff. (faux-titre, titre en rouge et noir), x pp. (dédicace, table des chapitres, Rapport de messieurs les Commissaires), 481 pp., (1) ff. ("Figures de la tactique navale"), 49 planches hors-texte contenant 133 figures. 2 bandeaux gravés. Plein veau glacé d'époque, dos à nerfs orné, pièce de titre de maroquin havane, triple encadrement de filets dorés sur les plats, double filet doret sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées. (coiffes et mors discrétement restaurés). Edition originale de cet important ouvrage qui recense en détail tous les signaux de nuit et de jour utilisés dans la marine de guerre. Cet ouvrage fit l’objet d’une deuxième édition à Amsterdam en 1764 (en français). Avant de le publier, Bigot de Morogues a utilisé son manuscrit pendant quelques années pour instruire les gardes de la marine de Brest. Sébastien-François Bigot de Morogues (1705-1781), fils d'un commissaire de la marine, entre en 1723 dans le régiment royal d’artillerie. Il passe ensuite dans la marine en 1736, sert sur le "Bourbon" (qui périt en 1746 sur les côtes de la Martinique), et devient capitaine de vaisseau en 1756. En 1759, il commande le "Magnifique", formant l'arrière-garde de l'escadre du maréchal de Confians destinée à un débarquement en Ecosse, et soutient seul, le 20 novembre, jour de la bataille de Quiberon, le choc de trois vaisseaux anglais. Les solides connaissances dont il fait preuve, tant dans l'artillerie que dans la marine, le font pressentir à plusieurs reprises pour le ministère de la marine ; mais cette nomination n'aboutit jamais. Nommé inspecteur d'artillerie de marine en 1771, il finit ensuite sa vie sur ses terres. Ses capacités lui permirent de composer des ouvrages pratiques de conception et d'exposition claires, qui firent longtemps autorité ; de même, il est à l'origine de l'Académie de Marine constituée définitivement en 1752, et dont il fut le premier directeur. L’ouvrage se divise en deux parties : la première traite des évolutions navales et la seconde des signaux et ordres généraux (de jour, de nuit, par temps de brume) qu'une armée navale doit connaître et exécuter. Empreint du formalisme de la tactique navale européenne, l’ouvrage est caractéristique des techniques de combat de l’époque. Résultat d’une volonté de prudence, on a voulu éviter les manœuvres de débordement aléatoires. Les tentatives de concentration contre la flotte adverse deviennent de plus en plus rares et l’on impose la rigidité de la ligne de file et la discipline du feu. Les batailles se résument en d’interminables évolutions pour profiter du vent, suivies d’une canonnade stérile entre deux lignes parallèles. Ce formalisme règne surtout en France depuis le traité de 1696 du père Hoste, mais aussi en Espagne et, dans une moindre mesure en Angleterre. Il conduit à une déviation stratégique, la « non-bataille » qui contribue à développer la passivité des officiers. Un des exemplaires imprimé sur grand papier, très frais. 1 vol. 4to. 49 engraved plates. Title in red and black. Contemporary full calf. First edition of this important treatise with a detailled list of the all day and night signals used in Navy. Fresh copy in a fine contemporary binding. Polak 826 - Scott 316 - Brunet VI, 8517. 1 vol. in-4 °. 49 plates with a total of 133 figures. 2 engraved headbands. Contemp. Calf. First edition of this important work which lists in detail all the night and day signals used in the navy. Before publishing it, Bigot de Morogues used his manuscript for a few years to instruct the naval guards of Brest. Sébastien-François Bigot de Morogues (1705-1781), son of a naval commissioner, entered the Royal Artillery Regiment in 1723. He then went to the navy in 1736, served on the "Bourbon", and became captain in 1756. In 1759, he commands the "Magnifique", forming the rear guard of the squadron of the marshal of Confians destined for a landing in Scotland, and supports alone, November 20, day of the battle of Quiberon, the shock of three English ships. His solid knowledge of both the artillery and the navy has made him think several times about the ministry of the navy; but this nomination never succeeds. Appointed Inspector of Marine Artillery in 1771, he ended his life on his land. His abilities enabled him to compose practical works of clear design and exposition, which for a long time were authoritative; he is also at the origin of the Academy of Marine formed definitively in 1752, and of which he was the first director. The work is divided in two parts: the first deals with naval evolutions and the second general signals and orders (by day, by night, by fog) that a naval army must know and execute. Impressed by the formalism of European naval tactics, the work is characteristic of the technical fights of the time. As a result of a desire for prudence, we wanted to avoid random overflow maneuvers. Attempts to concentrate on the opposing fleet are becoming increasingly rare, and rigidity of the line and discipline of fire is imposed. The battles can be summed up in endless evolutions to take advantage of the wind, followed by a barren cannonade between two parallel lines. This formalism reigns especially in France since the treaty of 1696 of Father Hoste, but also in Spain and, to a lesser extent, in England. It leads to a strategic deviation, the "non-battle" which contributes to developing the passivity of the officers. One of the rare copies printed on large paper, very fresh.
method-draw-image (23)

Traite de la composition et fabrique de l’Astrolabe, & de son usage: avec les preceptes des mesures Geometriques [.] Avec annotations sur l’usage de l’Astrolabe, & mesures Geometrique: faites par Jean Pierre de MESMES.

STOFLER (Jean). 1 vol. in-12° (165x110 mm.) de: [20] ff. (titre, dédicace, table, préface), 222 ff., [1] ff. (privilége et achevé d'imprimé avec date, deux tableaux dépliants (reliés avant les pp. 105 et 135). 52 figures, tableaux dans le texte et à pleine page. Plein veau glacé 18éme, dos à nerfs orné, titre de maroquin rouge, tranches rouges. (mors supérieur fendu). Edition originale de la traduction en français du célèbre traité sur l'astrolabe du mathématicien et géographe allemand Johann Stoeffler (1452-1531), par l'astronome Jean-Pierre de Mesmes (1516-1578), avec ses ajouts sur l'usage de cet instrument imprimés en italiques. L’ouvrage de Johannes Stöffler (ou Stoeffler) « Elucidatio fabricae ususque Astrolabii parait en 1512-1513 chez Jacob Koebel à Oppenheim au format in-folio. Il est le premier ouvrage allemand consacré à l’astrolabe. Professeur à l'Université de Tübingen, Stöffler est célèbre pour sa continuation des Ephémérides de Regiomontanus et pour sa prédiction d'un déluge universel pour 1524. Outre son traité, il fabrique lui-même des Astrolabe, contribuant à répandre en Europe l’usage de cet instrument d’origine Arabe, d’une importance capitale pour l'astrologie, l'arpentage et la navigation. Pour désigner les différentes parties de l'astrolabe, il utilise les mots arabes dont il donne la traduction latine. La présente traduction en Français est due à l'éditeur d’ouvrages scientifiques Guillaume Cavellat. Actif depuis 1547, il publie en 1553 une édition latine du même texte au format in-8°, jugé plus pratique d’utilisation que le format originel in-folio de Stöffler. Il fait alors appel à l'astronome et mathématicien Guillaume des Bordes pour redessiner les bois à un format plus adapté. La présente édition est illustrée de ces mêmes bois. Dans notre exemplaire la date de 1560 est absente du titre. Cependant, des exemplaires parfaitement identiques et même achevé d'imprimer « 6 avril 1560 » portent un titre daté, laissant penser à deux possibles tirages de cette édition. Dans sa dédicace, Guillaume des Bordes précise qu’il disposait d’une traduction anonyme de la seconde partie, fournie par l’éditeur. Jean-Pierre de Mesmes est ainsi charge de traduire la première partie, sur la fabrication, et de réviser le manuscrit anonyme et ajoute ses propres notes. De Mesmes est l'un des premiers auteurs à écrire en français sur l'astronomie et le premier Français à commenter dans ses écrits les nouvelles théories de Copernic. Avec Guillaume des Bordes, il fait partie des scientifiques régulièrement sollicités par Guillaume Cavellat pour ses publications scientifiques. On lui doit : « Les Institutions astronomiques contenant les principaux fondements et premières causes des cours et mouvements célestes » (Paris, 1557). Également écrivain et poète, il fréquentait Ronsard, du Bellay, Baïf, Charondas, Herberay L'ouvrage est illustré de 2 tableaux dépliants : « Table des méridionales altitudes du soleil » et « Table des conversions des degrés de la longitude » et de 52 figures techniques et tableaux gravés sur bois, dans le texte et à pleine page. Dessinés par des Bordes pour l'édition latine de 1553, elles représentent l'astrolabe, sa fabrication et la façon de l’utiliser. Bel exemplaire, très frais. Provenance : The Library of the Earls of Macclesfield ( ex-libris armorié gravé face au titre). 1 vol. in-12 °. 2 fold. tables, 52 figures in-text and at full page. 18th cent. calf. First edition in French of the famous treatise on the astrolabe of the German mathematician and geographer Johann Stoeffler (1452-1531), by the astronomer Jean-Pierre de Mesmes (1516-1578), with his additions on the use of this instrument printed in italics. The work of Johannes Stöffler (or Stoeffler) "Elucidatio fabricae ususque Astrolabii" was published in 1512-1513 by Jacob Koebel in Oppenheim in folio format. It is the first German book devoted to the astrolabe. Professor at the University of Tübingen, Stöffler is famous for his continuation of the Ephemerides of Regiomontanus and for his prediction of a Universal Flood for 1524. In addition to his treatise, he himself makes Astrolabes, helping to spread the use of of this instrument of Arab origin, of paramount importance for astrology, surveying and navigation. To designate the different parts of the astrolabe, he uses the Arabic words of which he gives the Latin translation. This translation into French is due to the publisher of scientific works Guillaume Cavellat. Active since 1547, he publishes in 1553 a Latin edition of the same text at in 8 ° format, considered more practical than the original folio of Stöffler. He then asked the astronomer and mathematician Guillaume des Bordes to redraw the wood cuts to a more suitable format. This edition is illustrated with these same wood cuts. In our copy the date of 1560 is not on the title. However, perfectly identical copies and even finished printing "April 6, 1560" bear a title dated, suggesting two possible prints of this edition. In his dedication, Guillaume des Bordes specifies that he had an anonymous translation of the second part, provided by the publisher. Jean-Pierre de Mesmes is thus responsible for translating the first part, on the fabrication, and for revising the anonymous manuscript and adding his own notes. De Mesmes is one of the first authors to write in French on astronomy and the first French to comment in his writings the new theories of Copernicus. With Guillaume des Bordes, he is one of the scientists regularly solicited by Guillaume Cavellat for his scientific publications. He is credited with: "Astronomical Institutions Containing the Principal Foundations and First Causes of Celestial Courts and Movements" (Paris, 1557). Also a writer and poet, he frequented Ronsard, Bellay, Baïf, Charondas, Herberay . The book is illustrated with two leaflets: "Table of the southern altitudes of the sun ." and "Table of conversions of the degrees of the longitude ." and 52 technical figures and tables wood
method-draw-image (23)

I. [Album de dessins / Expédition du Tonkin illustrée par un médecin participant à la campagne militaire contre les attaques chinoises entre 1883 et 1886]. II. Le poste de Nam-Dinh dans le delta du fleuve rouge.

MORAND (docteur J.-S.-L.)] 1 vol in-4° oblong ( 243 x 305 mm.) comportant 230 dessins contrecollés, croquis à la mine de plomb, encres de Chine, lavis, aquarelles de formats divers (max : 170 x 250 mm.), certains avec des notes ou dessins au dos. + 1 vol. In-8° broché de 47 pp., tableaux dans le texte et à pleine page. Avec envoi de l'auteur. Pleine toile verte d'époque, dos lisse muet (défauts d'usage, papier de l'album fragile, déchirures et coins restaurés). Remarquable recueil de 230 dessins et aquarelles consacrés essentiellement au Tonkin au début de la présence française, provenant d’un médecin militaire du poste de Nam-Dihn. L'expédition du Tonkin était destinée à poursuivre l'expansion coloniale en Asie du Sud-Est et à mettre un terme aux attaques chinoises, avec le rêve de concurrencer l'Empire britannique, présent aux Indes, grâce au Mékong qui ouvrirait le Laos, la Birmanie, la Chine au commerce français. En 1883, réagissant aux hostilités entretenues par les Chinois et leurs alliés, les Français entament l'expédition sous l'impulsion du chef du gouvernement de l'époque, Jules Ferry. Elle s'achève en 1885 par la mise définitive sous tutelle du gouvernement impérial annamite et par le retrait des Chinois. Par la convention de Tien-Tsin, la Chine reconnaît les conquêtes françaises. L'Indochine française, officiellement nommée « Union indochinoise » puis « Fédération indochinoise », est fondée en 1887. Elle regroupe, jusqu'à sa disparition en 1954 : le Viêt Nam, le Laos et le Cambodge, ainsi qu'une portion de territoire chinois située dans l'actuelle province du Guangdong. L’album comporte un total de 230 dessins, certains recto-versos, de dimensions variables (max : 170 x 250 mm.) à la mine de plomb, à l’aquarelle, au lavis ou à l’encre de Chine. La plupart de ces dessins sont légendés par une date et un lieu, entre 1880 à 1890. Ils ne sont pas signés, mais le nom d’un médecin militaire y apparait : l’un d’eux porte la mention « Dr J. Morand. 2eme tirailleur tonkinois ». Un autre dessin indique « Docteur Morand, médecin major de 2eme classe, ambulance du corps expédition du Tonkin, janvier 1884 ». Il s’agit de J. S. L. Morand, médecin major du poste ambulance de Nam-Dinh pendant cette période, auteur de « Le poste de Nam-Dinh dans le delta du fleuve rouge » (Paris, Rozier, 1887), dont un exemplaire avec dédicace autographe signée est joint à l’album. Ces dessins, d’une très bonne facture, témoignent de la vie et des campagnes d’un officier de santé depuis sa formation. Ils sont rangés, à part quelques-uns, dans un ordre chronologique, au fil de ses voyages. Les 30 premiers représentent des paysages de France et des scènes familiales diverses, datés de 1880 à 1915, la moitié sont en couleur. Les 32 dessins suivants sont consacrés à l’Afrique du Nord : En 1882, I ’auteur accompagne l’expédition de conquête de la Tunisie : Monastir, L’ambulance de Sfax, le désert et ses habitants, la cote et ses bateaux L’album s’articule ensuite en parties délimitées par un dessin à plusieurs tableaux et titré en rouge : I. « La France au Tonkin », avec d’abord les croquis suivants réalisés au long du voyage vers l’Asie : embarquement à Toulon en janvier 1883, Port-Saïd, Canal de Suez, cotes de la mer rouge, Aden (plusieurs dessins, dont un panorama sur deux feuilles représentant le navire au mouillage devant Steamer Point), Sumatra, Singapour le 9 février. Le 16 février : baie d'Along et débarquement à Haïphong le 19 février, Hanoi (8 très beaux dessins de la cité), citadelle de Yen, Gia Tuy La partie suivante débute par une page-titre intitulée « A travers la citadelle de Namh Dinh, 1884 » : C’est à l’Ambulance de cette cité, un poste de soin de la coloniale française, que le docteur Morand habitera durant ces 36 mois. C’est au cours de ces années que l’auteur des dessins est le plus productif, dépeignant avec rigueur et soin ce qu’il découvre, les habitants, les paysages, l’architecture etc. croquis, encres, lavis, aquarelles sont remarquablement exécutés et vivants. Quelques-uns, d’un style différent, peuvent être d’une autre main. A noter une série de portrait des habitants particulièrement réussie. Il quitte définitivement Saïgon le 14 mai 1886. 23 dessins sont consacrés aux paysages du retour (Saigon, Singapour, Atchin (Nord de Sumatra), Ras Ali mail (Djibouti), Aden, Malte le 26 juin, le Cap Bon, Port Cros le 5 juillet. Suivent 8 dessins de l’Indochine de 1884 à 1886, dont une encre représentant l’Ambulance de Namh Dinh et une carricature du docteur Morand dans sa tenue militaire. L’album s’achève par une série de croquis au crayon faits en 1880 au cours de sa formation. En 1887, le docteur Morand publie la plaquette jointe à l’album : « Le Poste de Nam-Dinh dans le Delta du Fleuve Rouge » à Paris chez Victor Rozier Editeur. Si dans cette parution, son travail traite avant tout de l’état de santé des populations, des maladies et blessures fréquentes Morand ne manque pas d’aborder sa situation géographique, son architecture, son climat et ses températures, sa population avec ses caractéristiques physiques et sa culture. Autant d’éléments illustrés magistralement par cet album de dessins qui mettent en scène les paysages et populations tonkinoises. A notre connaissance, les images sur cette période du tout début de la période Française est extrêmement rare, faisant de cet album une importante et précieuse iconographie. 1 vol. in-4 ° obl. With 230 drawings, ink and watercolors of various sizes. Contemp. green cloth + 1 vol. In-8 ° not bound, of 47 pp., signed by the author. Remarkable collection of 230 drawings and watercolors mainly devoted to Tonkin at the beginning of the French presence, from a military doctor at the post of Nam-Dihn. The Tonkin Expedition was destined to continue the colonial expansion in Southeast Asia and to put an end to the Chinese attacks, with the dream of competing with the British Empire. It started in 1883, reacting to the hostilities maintained by the Chinese and their allies and end
method-draw-image (23)

LIVRE DES SIGNAUX DE JOUR, à l’usage des vaisseaux de guerre français.

1 vol in-4° (270 x 220 mm.) de : [3] ff. (titre, avis au relieur, titre) ; 92 pp. ; [1] f. (titre) ; 227 pp. (selon la pagination, numérotation de 0 à 91 en ff., numérotation de 92 à 227 en pp., dont la table) ; [1] f. (titre, interruption dans la pagination) ; 22 planches (dont 9 dépliantes). Languettes de vélin à onglet repliées. Demi-basane blonde d'époque, dos lisse orné, plats ezcouverts de papier à la colle maron (défauts d'usage à la reliure, corps d'ouvrage trés frais). Ouvrage de signaux de jour à l’usage de la flotte française publié en 1819, après la chute de l’empire. Ce traité présente les pavillons et signaux utilisés pour le combat et les batailles navales. Il se réfère aux signaux développés dans l’ouvrage de Du Pavillon (voir Signaux de jour, 1778) et il fait aussi mention de Livre de Signaux » édité en 1786 par M. le Comte de Missiessy. Se distinguent : les Pavillons, les Guidons (et triangles) et les Flammes. Ces signes servent à élaborer 3 types de signaux, soit : 1) Aires de vent (un triangle et un pavillon), 2) Numéros des bâtiments et signaux numéraires (une flamme et un pavillon). 3) Ordres généraux et particuliers, à la voile et à l’ancre. 4 planches aquarellées permettent de les visualiser et 9 planches dépliantes, reliées in fine, présentent les types de manœuvres et divers ordres de bataille et de marche d’une flotte. Bel exemplaire. 1 vol. in-4 ° 22 boards (4 colored and 9 fold.). Contemp. half sheep. Day signals treaty for the use of the French fleet published in 1819, after the fall of the empire. The work presents the flags and signals used for combat and naval battles. It refers to the signals developed in Du Pavillon's work (Signaux de jour, 1778) and also refers to the book of signals published by the Count de Missiessy (1786). It gives: Pavilions, Handlebars (and triangles) and Flames. These signs are used to develop 3 types of signals, namely : 1) Wind areas (a triangle and a pavilion), 2) Building numbers and numeric signals (a flame and a flag). 3) General and private orders, sailing and anchor. 4 watercolor plates allow to visualize them and 9 folding plates, bound in fine, present the types of maneuvers and various orders of battle and march of a fleet. Fine fresh copy.
method-draw-image (23)

L’Art des armées navales, ou Traité des évolutions navales qui contient des regles utiles aux Officiers Généraux & Particuliers d’une Armée Navale ; avec des exemples tirez de ce qui s’est passé de plus considérable sur la mer depuis cinquante ans. Enrichi de figures en taille douce. [Suivi de] Théorie de la Construction des Vaisseaux, qui contient plusieurs traitez de Mathématique sur des matiéres nouvelles & curieuses.

HOSTE (Père Paul). 2 parties en 1 vol. in-folio (380 x 260 mm.) de : [1], [7] ff. (Faux-titre annonçant les deux parties, Titre, Epître, Préface, Table), 424 pp. et 134 planches à pleine page dans le texte, numérotées de 1 à 133 (la première planche n'est pas numérotée; les ff. 398-400 sont reliés après la p. 412.) ; II. [5] ff. (Préface, Table), 172 pp., 2 ff.n.ch. (« Explication des termes de la Marine ») et 11 planches dépliantes hors-texte. [exemplaire avec titres de 1697 remplacés par le carton de l'éditeur Bruysset daté 1727.] Pleine basane d'époque, dos à six nerfs ornés avec titre doré, plats encadrés d'un filet doré et frappés au centre d'un blason doré, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées rouges. (infimes rousseurs ou taches, exemplaire remarquablement frais) Unique édition française de ces deux traités dus à Paul Hoste (1652-1700), qui marquèrent les sciences de la navigation pour un siècle. La modernité des théories de son auteur amenèrent même l'amirauté anglaise à publier une traduction de son ouvrage en 1834. Son traducteur d'alors, le Capitaine J.D. Boswall, jugeait nécessaire, près de 150 ans après sa rédaction, d’en permettre la lecture aux officiers de la Navy. Comme le précise Jean Polak dans sa bibliographie maritime, ces deux traités doivent être réunis. L’ensemble fut imprimé en 1697 à Lyon, même si la page de titre du présent exemplaire de « l'Art des Armées Navales » indique « Bruyset, 1727 » : En fait, il n’existe qu’une seule édition de ces deux textes, imprimée par Anisson et Posuel en 1697 : la page de titre datée « 1727 », imprimée sur un papier différent, est un subterfuge de l’éditeur Bruysse, destiné à « rajeunir » et remettre en vente un stock de plus de 25 ans dont il avait probablement hérité, sa page de titre "carton" laissant croire à deux éditions. En outre, Bruyset a omis de refaire une page de titre pour le second texte et supprimé ce titre de la plupart des exemplaires (comme c'est le cas pour celui-ci). Ainsi il n’existe qu’une seule édition que l’on peut trouver avec des pages de titre à deux dates et éditeurs différents. Paul Hoste est né en 1652 à Pont-de-Veyle, en Bresse. Quelques dix-sept ans plus tard, il entre chez les Jésuites. C'est un bon mathématicien qui se spécialise vite dans les applications mathématiques en Marine. Il bénéficie de hautes protections : par l'intermédiaire du Duc de Mortemart, Général des galères du roi, il devient chapelain du Maréchal Jean d'Estrées, puis du Maréchal de Tourville. Dès lors, il apparaît comme un Jésuite "embarqué" qui, en plus de ses attributions de chapelain, étudie les manœuvres, les codifie. Très souvent à bord, il peut expérimenter des méthodes nouvelles comme le carré naval, moyen pratique destiné à permettre aux bâtiments de garder leur poste au sein d'une armée navale. Il est ensuite professeur au Séminaire royal de Toulon, jusqu'à sa mort, le 23 février 1700. Hoste semble bien incarner l'intérêt porté par les Jésuites de l'époque aux sciences et à la Marine. La Compagnie de Jésus rejoint en cela les Oratoriens, peut-être plus pratiques, qui enseignent dans leurs collèges l'hydrographie. Il est un des fondateurs de l'Ecole française de tactique. Son influence fut grande en France, mais aussi à l'étranger. C'est ainsi que dans la deuxième moitié du XVIIIème siècle, l'amiral anglais Jervis, Lord Saint-Vincent, décela l'influence du prêtre français dans l'Essai méthodique et historique sur les tactiques navales de Clerk of Eldin, et ainsi parut la traduction de 1834. Rédigé en étroite collaboration avec l'amiral de Tourville vers 1690, l’Art des armées Navales ou traité des évolutions navales" paraît en 1697 (Lyon). L'exemplaire de « L'Art des armées navales » du père Hoste, que l'on trouve dans le département des sciences de la bibliothèque de l'Arsenal, porte en tête la note manuscrite suivante: « Il est singulier que le seul traité que nous ayons des évolutions navales et de l'art de faire manœuvrer les vaisseaux de guerre soit d'un jésuite et encore plus que ce livre soit bon ; mais il faut savoir: 1. que le père Hoste a passé la plus grande partie de sa vie avec des marins, ayant montré pendant bien des années les mathématiques aux gardes-marines de Toulon ; 2. qu'il a fait douze campagne sur les vaisseaux du roy avec MM. les ducs de Mortemar, maréchaux d'Estrées et de Tourville et 3. enfin, qu'on prétend que le maréchal de Tourville même l'a aydé à composer ce livre cy. Si ce dernier fait est vray le scrupule de messieurs les marins doit être bien levé. (il parait que messieurs les marins avaient des scrupules). Il n'y a que cette édition de ce livre. Louis XIV en fut si content, qu'il accorda une pension à l'auteur qui était né à Pont-de-Vesle en Bresse, en 1652, et est mort à Toulon en 1700. Le traité de la construction des vaisseaux (du même auteur) est inférieur à celuy des évolutions navales; du moins est-il bien moins utile à présent, la théorie et la pratique de cette science estant bien perfectionnée ». La « Théorie de la construction des vaisseaux » provoqua des frictions entre le père Hoste et Tourville qui se trouvèrent en désaccord sur de nombreux points. En effet, Hoste connaissait toutes les imperfections des méthodes de son temps et il se rendait bien compte qu'il ne suffisait pas de fixer les règles ordinaires ou les exprimer géométriquement, comme le faisait Renau d'Eliçagaray, puisqu'on en changeait nullement la nature. Les deux adversaires, ne pouvant s'entendre, convinrent de faire construire chacun une frégate ayant même longueur, même largeur et même creux, les autres proportions étant laissées à leurs appréciations. Le résultat de cette lutte fut défavorable au père Hoste. Manquant d'expérience, abandonné à ses propres moyens et privé de bons conseils, il avait contre lui les constructeurs eux-mêmes qui craignaient qu'il n'eût l'avantage dans sa recherche du perfectionnement de la construction navale. Son navire à fond plat avait peu de tirant d'eau et montrait donc, entr
method-draw-image (23)

La Perse ou Histoire, mœurs et coutumes des habitans de ce royaume.

GAUTTIER (Edouard). 7 vol. in-16° (140 x 90 mm) de : Vol. 1 ; [2] ff. (faux titre, titre) ; XVI (préface) ; 215 pp. ; [1] p. (table) ; 15 gravures hors texte (14 dépliantes) ; Vol. 2 ; [2] ff. (faux titre, titre) ; 272 pp. (dont table) ; Vol 3. ; [2] ff. (faux titre, titre) ; 207 pp. ; [1] p. (table) ; 7 gravures hors texte (dont 1 dépliante) ; Vol 4. ; [2] ff. (faux titre, titre) ; 223 pp. ; [1] p. (table) ; 6 gravures hors texte (dont 1 dépliante) ; Vol 5. ; [2] ff. (faux titre, titre) ; 228 pp. ; [1] f. (table) ; 22 gravures hors texte (dont 1 dépliante) ; Vol 6. ; [2] ff. (faux titre, titre) ; 238 pp. (dont table) ; 3 gravures hors texte ; Vol 7. ; [2] ff. (faux titre, titre) ; 202 pp. ; [1] f. (table) ; IV (placement des gravures) ; 8 gravures hors texte. Soit un total de 61 gravures hors texte dont 17 dépliantes, mises en couleur à l'aquarelle et à l'or (excepté 11 et 12: bas reliefs en noir), serpentes d'origine. Pleine basane brune d'époque, filet doré, rameaux d'olivier à froid, dos lisse orné d'un fer répété montrant un profil de soldat antique coiffé d'un casque, tranches dorées Édition originale de ce travail encyclopédique, abondamment documenté et illustré, dirigé par l’éditeur Nepveu. Cette synthèse de textes consacrés à la Perse, dont les habitants sont, dit-on « les Français de l’Asie » a pour ambition, annoncée dans la préface, de composer « un tableau des connaissances actuelles » de ce célèbre empire : histoire, géographie, sciences, population, culture, religion, architecture, mœurs et coutume Édouard Gauttier d'Arc (Saint-Malo,1791-Barcelone, 1843) est l’auteur de la partie géographique et de l’essai sur la littérature persane. Ce diplomate, orientaliste et écrivain français qui fut consul à Alexandrie et membre fondateur de la Société de géographie (1821) est l'auteur de plusieurs ouvrages historiques, politiques ou littéraires, de traductions, et de récits de voyage. Les autres parties sont tirées de divers auteurs : Malcom, Morier, Scott-Warring (traduits par Narcisse Perrin) et Gaspard Drouville. Chaque volume comporte une table des matières in fine et le volume 7 s’achève par la liste des gravures et leur emplacement. L’iconographie, particulièrement soignée, se compose de 61 gravures hors texte dont 14 dépliantes, en coloris d’époque finement exécutés à la main avec des rehauts à l’or: Paysages, cités, armée, cérémonies, scènes de vie, population, instruments de musique et musiciens toutes exécutées à partir de dessins originaux et de miniatures persanes. Superbe exemplaire conservé dans sa reliure d’origine avec fer doré au dos montrant un profil de soldat perse. Brunet I, 1226. 7 vol. in-16°. 61 engr., 17 fold., colored and gold. Contemp sheep. Original edition of this encyclopedic work, abundantly documented and illustrated, directed by the publisher Nepveu. This synthesis of texts devoted to Persia, whose inhabitants are said to be "the French of Asia" has the ambition, announced in the preface, to compose "a portrait of current knowledge" of this famous empire: history, geography, sciences, population, culture, religion, architecture, customs . Edouard Gauttier d'Arc (Saint-Malo, 1791-Barcelona, 1843) is the author of the geographical part and the essay on Persian literature. This diplomat, orientalist and French writer who was consul in Alexandria and founding member of the Society of Geography (1821) is the author of several historical, political or literary works, translations, and travel stories. The other parts are taken from various authors: Malcom, Morier, Scott-Warring . (translated by Narcisse Perrin) and Gaspard Drouville. Each volume has a table of contents in fine and volume 7 ends with the list of engravings and their place. The iconography, particularly fine, consists of 61 off-text engravings including 14 folding, in period colors finely executed by hand with highlights in gold: Landscapes, cities, army, ceremonies, scenes of life, population, musical instruments and musicians . all made from original drawings and Persian miniatures. Beautiful copy preserved in its original binding with a profile of Persian soldier in gold on the spine
method-draw-image (23)

Examen maritime, théorique et pratique, ou Traité de mécanique, appliqué à la construction et à la manœuvre des vaisseaux & autres bâtiments.

JUAN Y SANTACILIA (Jorge). 2 vol. in-4° (264 x 206 mm.) de : I. xii pp. (Faux-titre, Titre, Dédicace au Marquis de Castries, Extraits des Registres de l'Académie Royale des Sciences, Privilège, Préface du Traducteur), 396 pp. ; 14 (Table des matières) pp. 5 planches dépliantes in-fine ; II. [1] f. (Titre), 364, 20 (Table des matières) pp. 9 planches dépliantes in-fine. Soit 14 planches au total. Cartonnage éditeur de papier bleu, exemplaire à toutes marges, non rogné ( annotations d'époque ou calculs en marges au crayon, défauts d'usage à la couvertures, quelques feuillets un peu roussis, rares taches ou salissures.) Première édition française de cette importante contribution aux sciences nautiques, due au géomètre et officier de marine Jorge Juan Y Santacilla (EO : Madrid, 1771). Il participa notamment à la célèbre expédition franco-espagnole au Pérou en 1735 pour mesurer l'arc du méridien proche de l'Equateur. Il fonda quelques années plus tard l'observatoire astronomique de Cadiz. "La combinaison de l'érudition et de l'expérience permit à Juan, dans son Examen maritimo, de fournir une base solide pour l'amélioration des sciences maritimes, de réfuter des théories empiriques en matière de navigation, et d'établir des principes fondamentaux d'architecture navale. L'ouvrage est une application estimable de la mécanique à la science navale." (DSB). La présente édition française est enrichie d'importantes additions dues à son traducteur, l'hydrographe français Pierre Lévêque (1746-1814). (World Cat ne référence que cinq exemplaires dans les bibliothèques à travers le monde : deux en France, deux en Suisse et un en Allemagne). Exemplaire désirable, à toutes marges. Brunet, III-591 ; Polak n°4783. 2 vols. 4to. I. 5 folding plates. II. 9 folding plates. Publisher covers blue paper. First French edition of this important contribution to naval science by Spanish geometrician and naval officer, Jorge Juan Y Santacilla, originally published in Spanish at Madrid in 1771. Among other notable accomplishments the author participated in the famous joint French-Spanish expedition to Peru in 1735 to measure an arc of the meridian near the equator, founded the astronomical observatory at Cadiz, and established the Friendly Literary Society, the forerunner of the Royal Society of Sciences of Madrid. "His combination of theoretical learning and practical experience enabled Juan, in his Examen maritimo, to provide a considerable base for the improvement of naval science, to refute several empirical theories of navigation, and to establish the fundamental principles of naval architecture. The book is a valuable application of mechanics to naval science." (DSB) The French edition contains significant additions by the translator, French hydrographer, Pierre Lévêque [1746-1814].