Galerie Paul Blaizot Archives - Rare Book Insider

Galerie Paul Blaizot

  • Showing all 25 results

book (2)

Né à Thonon-les-Bains. 1870-1963. Écrivain français. Élu à l’Académie Française en 1919. L.A.S. « Henry Bordeaux » à Félix Jeantet de la Revue hebdomadaire. Cognin, par Chambéry, 10 août 1900. 4 pages in-8.

Les deux lettres de Jeantet auxquelles répond l'écrivain contenaient des conseils qu'il se déclare prêt à suivre : .Vous avez pu vous convaincre que les tendances de ma critique n'étaient pas pour vous déplaire et qu'elle tenait compte dans une large mesure de l'importance morale des ?uvres et de leur influence sur notre temps. Il serait peut-être meilleur de ne pas parler de certains ouvrages, mais un critique soucieux de renseigner ses lecteurs peut-il paraître les ignorer ? Bordeaux revient ensuite sur le livre d'André Tourette, La carrière .si ce roman m'avait paru présenter l'étude d'un type assez significatif et par-là intéressant, j'aurais pu signaler davantage son ignominie bien qu'il me semble bien l'avoir fait. Et puis, c'est une ?uvre qu'en effet on pourrait laisser de côté. Il indique qu'il a envoyé à l'imprimeur un article sur Mark Twain et s'enthousiasme pour Quo vadis(roman historique de Henrik SIENKIEWICZ]. .Il faut vous représenter la tristesse du critique qui aimerait tant à proclamer de belles ?uvres et qui est submergé sous le flot des médiocrités. Quand il découvre un livre puissant, d'une grande envergure, on ne peut plus le tenir; il a une grande envie de dire: voilà enfin quelque chose de solide. Il poursuit sa lettre en faisant part de ses projets d'articles : .La beauté de vivre, par Fernand Gregh [.] Le feu de d'Annunzio [.] La Ferronays de M. Costa de Beauregard si M. Funck-Brentano à qui il revient, ne désire pas le traiter. et conclut par un aveu .Je vous remercie de ce que vous dites sur Pays natal [un de ses roman, publié en 1900] ; il m'a valu pas mal de lettres. Les Écrivains et les m?urs m'ont attiré une lettre de Bourget que je vous montrerai à Paris, et qui me flatte plus que je ne puis dire, car je ne crois pas la mériter.