Bonnefoi Livres Anciens

  • Showing all 25 results

Panorama de Paris]. Panorama intérieur de Paris.

Panorama de Paris]. Panorama intérieur de Paris.

1 vol. in-12 oblong, long panorama lithographié à fond teinté, dépliant en 16 volets, mesurant 14 x 576 cm., demi-toile rouge, titre frappé sur le premier plat Panorama de Paris (reliure de l'époque). Célèbre panorama des boulevards de Paris, coté nord, de la Madeleine à la Bastille se déployant sur près de six mètres de long.Toutes les façades et tous les monuments y sont minutieusement représentés avec le début des rues transversales. On y voit les fameux cafés, les restaurants et surtout les théâtres alors les plus en vogue : Gaîté, Funambules, Gymnase, Folies dramatiques, Cirque olympique, Ambigu comique, Diorama? Au premier plan apparaissent des centaines de personnages qui apportent un témoignage précis sur les moeurs et les modes vestimentaires du temps : promeneurs, jeux d'enfants, élégants et élégantes, cavaliers, maraîchers, petits marchands ambulants, rassemblements. On y trouve également de nombreuses voitures, à bras ou hippomobiles, particulières et publiques.Une colonne publicitaire nous renseigne sur la date de parution du panorama ; on y voit des affiches annonçant les nouveautés de l'éditeur Aubert, dont le Musée Philippon publié en 1842.Panorama dessiné par Adrien Provost ; Boulevard de la Madeleine. Boulevard des Capucines. Boulevard des Italiens. Boulevard Montmartre. Boulevard Poissonnière. Boulevard Bonne Nouvelle. Boulevard Saint-Denis. Boulevard Saint-Martin. Boulevard du Temple. Boulevard des Filles du Calvaire. Boulevard Beaumarchais.Bon exemplaire. Des rousseurs.
book (2)

Fourcroy, Parmentier, Vauquelin]. Journal de la Société des pharmaciens de Paris. La rédaction de ce journal est confiée au citoyen Fourcroy, auquel sont adjoints les citoyens Demachy et Bouillon-Lagrange.

35 livraisons à 2 colonnes en 1 vol. in-4 de (4)-496-(3) pp. à pagination continue, demi-veau brun, dos lisse orné (reliure de l'époque). Collection complète. C'est tout ce qui a paru de ce périodique médical prestigieux auquel collaborèrent Fourcroy, Parmentier, Vauquelin, etc., qui parut du 3 juin 1797 au 6 décembre 1799. Il s'agissait de l'organe officiel de la Société libre des pharmaciens de Paris, créée le 30 ventôse an IV [20 mars 1796] pour continuer l'antique Collège des pharmaciens, en l'accommodant un peu à la sauce des idées nouvelles, mais en conservant ses finalités : représentation de la profession, formation gratuite des élèves dans les locaux de la rue de l'Arbalète, progrès des techniques.Le 30 Ventôse an IV (20 mars 1796), le Collège de Pharmacie de Paris cédait sa place à la Société Libre des Pharmaciens de Paris. En réalité, il n'y avait pas grand chose de changé dans les rouages de l'ancien organisme, mais il était nécessaire de faire certaines concessions aux idées nouvelles en abandonnant ce qui pouvait paraître subsister des vieilles corporations de l'ancien régime.Tous les membres résidants du Collège, au nombre de 137, constituèrent la nouvelle Société et s'engagèrent à continuer les cours d'enseignements gratuits donnés dans les locaux de la rue de l'Arbalète. Ceux-ci échappèrent à la vente qui frappait tous les lieux ayant appartenu à une corporation abolie, et cela grâce à l'habileté de Trusson, alors directeur, qui proposa au Directoire d'effectuer dans ses laboratoires des analyses de vin et autres boissons : le gouvernement acquiesça et l'établissement fut déclaré d'utilité publique.La Société Libre continua donc à former de nombreux élèves dans son Ecole gratuite de Pharmacie, dont la création est du 22 avril 1796, avec une brillante équipe de maîtres à la tête desquels était Vauquelin, dont le rôle fut prépondérant de 1797 à 1801Bon exemplaire. Hatin, p. 582.
book (2)

Journal et Mémoires du marquis d’Argenson publiés pour la première fois d’après les manuscrits autographes de la Bibliothèque du Louvre pour la Société de l’Histoire de France par E.J.B. Rathery.

ARGENSON (René-Louis de Voyer de Paulmy, marquis d'). 9 vol. in-8, demi-maroquin vert, dos orné d'un chiffre répété entre les nerfstranches rouges (reliure de l'époque). La meilleure édition de ces importants mémoires. René-Louis de Voyer de Paulmy, marquis d'Argenson (1694-1757), fils du célèbre lieutenant-général de police de Paris sous Louis XIV, fut l'un des hommes d'état les plus éclairés de son temps. Ministre des affaires étrangères de 1744 à 1747, il fut le dernier homme d'état français à persévérer dans la politique anti-autrichienne. Ses Considérations sur le gouvernement de la France, publiées de façon posthume, furent lues à l'état de manuscrit par Voltaire, avec lequel il était lié.Ses mémoires sont l'une des meilleures sources qui nous soit parvenue sur la vie politique et littéraire sous le règne de Louis XV, véritable oeuvre de philosophie politique. Aucune édition intégrale de ces mémoires ne fut publiée (ses notes représentent 56 volumes manuscrits à la bibliothèque du Louvre). Après une édition inutilisable publiée en 1825 en un volume, la bibliothèque elzévirienne publia la première édition complète en 5 volumes in-12 en 1857-1858. Tout de suite après, la Société d'Histoire de France entreprit une grande édition critique, encore partielle, mais la plus achevée qui ait été publiée.Bel exemplaire relié au chiffre d'Alfred André (1827-1893), banquier et homme politique français, amateur d?éditions rares du XVIe siècle, en particulier de traductions ou d?adaptations de Luther en français, petits livres pourchassés comme « hérétiques », qu?il a réhabilités en les faisant richement relier. ll a fait don à la bibliothèque de la Société de l'histoire du protestantisme français d'une collection de livres anciens rares et précieux, connue comme le "Fonds André".Quelques rousseurs.