last 24 hours
last 7 days
last 30 days
older than 30 days

Librairie d'Apre-Vent

method-draw-image (23)

Les Poèmes de Messire Claude Expilly, Conseiller du Royan son Conseil d?Etat & Prezidant au Parlement de Grenoble.

EXPILLY, Claude. A Grenoble, de l'Imprimerie de Pierre Verdier. 1624. In-4 (277 x 203 mm) de [4] ff., 461 pp., [5] pp. (table et errata), veau brun granité, dos à nerfs orné, tranches mouchetées (reliure de l?époque). Deuxième édition ? la première, excessivement rare, étant parue en 1596 chez l'Angelier à Paris ? des poèmes du magistrat et poète dauphinois Claude Expilly. Cette seconde édition comprend les stances sur la mort du chevalier Bayard. La première partie présente les poèmes proprement dits, la seconde les hymnes et discours en vers et la dernière regroupe des tombeaux et épitaphes de divers personnages, pour la plupart dauphinois. Exemplaire sur grand papier ayant appartenu à Guy Allard (1635-1715), provenance idéale et très rare en ce qui concerne le régionalisme dauphinois.Célèbre historien dauphinois et président du Parlement de Grenoble, avocat puis conseiller du Roi, Guy Allard fut entre autres l'auteur du Nobiliaire du Dauphiné et de la Bibliothèque du Dauphiné.Guy Allard a écrit au recto du feuillet de garde : «Monsieur Duprayet, Con.er au parlement, qui a épousé la petite fille de mr. Expilly, m'a donné ce livre ce 5 may 1669, Guy Allard» ; d'autre part, il a inscrit sur le titre la mention «Inscriptus catalogo librorum guidonis Allard» et la cote « 584».Très bel exemplaire.Quelques légers frottement et discrètes traces de restauration à la reliure.____________Provenance : Guy ALLARD (note manuscrite et ex-libris manuscrit)Bibliographie : J.P. Barbier-Mueller, Ma Bibliothèque poétique, tome IV-2, pp. 200-210.
method-draw-image (23)

Demosthenis et Aeschinis Principum Græciæ Oratorum Opera.

DÉMOSTHÈNE. ESCHINE. Fort in-folio (373 x 245 mm) de [16] ff., 744 pp., [16] ff., 368 pp., 218 pp., [12] ff., veau fauve sur ais de bois, encadrement de roulettes à froid sur les plats avec armes au centre, dos à nerfs orné de fleurons avec pièce de titre noire, protections métalliques aux angles et traces de fermoirs (reliure de l?époque). Célèbre traduction latine avec annotations donnée par Jérôme Wolf des discours de deux des plus grands orateurs attiques : Démosthènes et Eschine. Elle se compose de six tomes (les quatre premiers ont une pagination continue, le sixième, Demosthenici operis Graecolatini tomus VI et ultimus est à la date de 1571). Le texte est imprimé sur deux colonnes avec la version grecque en regard.Brunet dans son Manuel du libraire renvoie à l?auteur des Oratores Attici : « C'est, au jugement de Reiske, la plus belle et la plus correcte des éditions de Démosthène de Wolf » (t.II, 588).Exemplaire en reliure estampée et frappée aux armes de l?abbé de Maroilles, Frédéric d'Yves, avec sa devise :Adhærere Deo bonum (Il est bon de s'attacher à Dieu). Dès l?âge de 23 ans, de 1564 à 1599, il dirigea l?abbaye de Maroilles, l?une des plus prospères du Hainaut notamment grâce à son droit de seigneurie mais aussi au célèbre fromage qui à l?origine s?appelait «craquegnon».Dos refait anciennement, quelques manques à la reliure, manque le dernier feuillet comportant la marque de l?imprimeur.____________Provenance : Frédéric d'Yves (armes et devise)
method-draw-image (23)

La Guerre des boutons.

PERGAUD, Louis. In-12 (181 x 114mm) de [1] f., 364 pp., [2] ff., [3] ff. de l?éditeur, demi-maroquin rouge à coins filetés d?or, dos à nerfs, tête dorée, couverture et dos conservés (Alix). EDITION ORIGINALE peu courante. Un des exemplaires du premier mille numérotés à la presse sur papier courant (n°107), après 19 très rares Hollande Van Gelder.«C?est pourquoi j?ai voulu faire un livre sain, qui fût à la fois gaulois, épique et rabelaisien, un livre où coulât la sève, la vie, l?enthousiasme, et ce rire, ce grand rire joyeux qui devait secouer les tripes de nos pères : beuveurs très illustres ou goutteux très précieux.» Malgré ce qu?en dit son auteur dans cet extrait de la préface, La Guerre des boutons est une ?uvre plus profonde qu?il n?y paraît, et qui prend toute sa dimension à la lumière des grandes problématiques de la Troisième République.Très bel et précieux exemplaire de ce chef-d??uvre du livre d?enfance, provenant de la bibliothèque de François Mitterrand.____________Provenance : - Jean Herbert, ancien directeur du Théâtre des Deux Anes (ex-libris). - François Mitterrand (Bibliothèque de François Mitterrand. Livres modernes. Piasa, 30 octobre 2018, n°523), avec une note autographe de sa main sur le traditionnel petit bout de papier qu?il avait l?habitude d?insérer des ses exemplaires : ?Louis Pergaud, La guerre des boutons, ed. or., 6000 (fr.), chez Sinibaldi, 1993?.
method-draw-image (23)

Un hiver à Majorque.

SAND, George. 2 volumes in-8 (220 x 130 mm) de XVII, 315 pp., [1] f. (table) ; 279 pp., [1] f. (table), [7] ff. («Commission spéciale pour les Cabinets de Lecture»), brochés. EDITION ORIGINALE de ce récit du voyage à Majorque que George Sand entreprit avec ses enfants et Frédéric Chopin, de novembre 1838 à février 1839. Trouvant refuge dans la petite chartreuse de Valldemossa, Chopin y composa ses Préludes mais, atteint de phtisie, vit sa santé se dégrader rapidement sous le climat humide de l?île en hiver. Effrayés par la maladie du compositeur les insulaires le traitèrent en paria, ce qui excéda profondément George Sand.Loin de la vision idyllique teintée d?exotisme des Baléares que l?on pourrait attendre d?un écrivain romantique, Un hiver à Majorque présente donc un constat sévère de l?île et de ses habitants, qui fera dire à certains que «George Sand y montre une grande incompréhension de Majorque.» (Journal des débats, 11 juin 1988). Dans l?une de ses lettres elle parla du «plus malheureux essai de voyage qui se puisse imaginer», allant jusqu?à qualifier l?Espagne d?«odieuse nation».Séduisant exemplaire, broché, tel que paru. Condition rarissime.Il est truffé d?une belle et très rare affichette de promotion gravée sur bois et coloriée.____________Provenance : timbre gras de la «Libreria Turati» sur la couverture du tome 2.Bibliographie : Carteret, II, 310. Vicaire, VII, 305.
method-draw-image (23)

Histoire du Diable, traduite de l?Anglois.

DEFOE, Daniel. 2 tomes reliés en un volume in-12 (164 x 93 mm) de [5] ff., 264 pp., [1] f. bl. ; [2] ff., 302 pp., veau marron marbré, armes dorées au centre des plats, dos à nerfs orné, pièces de titre bordeaux, roulette dorée sur les coupes, tranches rouges (reliure de l?époque). Seconde édition française, la première étant paru en 1729, de ce ouvrage illustré d?un beau frontispice gravé représentant la chute du diable.«Livre singulier mis à l?Index le 29 avril 1744 et que Mylius, dans sa Bibliothèque des anonymes et des pseudonymes, avait attribué à Schwindenius. Pouvoir du Diable; des Agens missionnaires de Satan; Instruments dont le Diable se sert pour travailler; Sorciers; Magiciens; Devins; Astrologues; Interprètes des songes; Diseurs de Bonne aventure; Etc.» (Dorbon 1693)Très bel exemplaire, dans une reliure aux armes des Bouhier, célèbres collectionneurs dijonnais. Condition rare pour cet ouvrage.Leur nom de famille venant de «bos, bovis», le boeuf en latin, il prirent comme emblème «leb?uf passant». Leur bibliothèque de plus de trente mille volumes fut achetée par l?abbé de Clairvaux en 1782, puis confisquée et transférée à Troyes lors de la Révolution. Les deux tomes ayant été ici reliés en un volume, le second frontispice, identique au premier, n?a pas été conservé. Manque coiffe supérieure.____________Provenance : famille Bouhier (armes sur les plats).Bibliographie : Guaita 622 - Coumont D29.32 - Yve-Plessis 142 - Caillet 4046 - Ouvaroff 1674.
method-draw-image (23)

Marfa (Le Palimpseste).

AUGUSTIN-THIERRY (Gilbert). In-12 de [3] ff., 256 pp., bradel cartonnage de toile rouge, pièce de titre bleue sombre, non rogné (reliure de l'époque). ÉDITION ORIGINALE de cet ourvage racontant l'histoire d'un érudit français chargé de retrouver un palimpseste qui, une fois gratté, se révélera être un texte de nécromancie.Un mystérieux parchemin au parfum de souffre caché au fond d?une bibliothèque lugubre nichée dans un vieux château, voici la toile de fond de ce palpitant roman noir. Anatole France en fera la critique dans la revue Le Temps datée du 24 avril 1887, affirmant : «M. Gilbert Augustin Thierry doit être compté au premier rang parmi les esprits doués du sens des choses étranges et mystérieuses».«Faiblement éclairée par une lumière qu?assombrissaient des plantes encadrant la fenêtre, cette pièce, en son luxe sévère, avait un aspect presque lugubre. Le plafond était formé de poutrelles peintes en noir et relevées de filets d?argent sur leurs arêtes. De hautes bibliothèques sculptées lançaient vers les travées leurs flamboiements gothiques ; et sur les rayons, s?étageaient des volumes aux reliures éclatantes [?] Au milieu, s?étendait une table carrée ; et, sur cette table, j?aperçus un in-folio relié de maroquin rouge ? le catalogue sans doute, ? deux chandeliers d?argent à bougie de cire jaune, un encrier de cuivre, des plumes, un grattoir. Mais ce qui, dès l?abord attira mon attention, fut une vaste cheminée saillant à forts reliefs hors de la muraille [?] Sur la hotte, en forme d?auvent, s?étalait un blason : Une tête de loup de sable aux yeux de gueule sur champ d?argent [?] L?écu était timbré d?une couronne de prince, et du chef à la pointe se déroulait une devise [?] VOLK NE VOLK VOLKOU [?] «Le loup n?est pas un loup pour le loup.»»Précieux exemplaire ayant appartenu à Leconte de Lisle. Il porte le cachet humide de sa bibliothèque et cet envoi signé de l'auteur sur un feuillet ajouté en tête du volume : à mon illustre maître et ami Leconte de Lisle hommage respectueux et souvenir reconnaissant. Séduisant exemplaire, resté très pur, de cet ouvrage très rare.____________Provenance : Leconte de Lisle (timbre gras et envoi).
method-draw-image (23)

Essai sur le despotisme.

MIRABEAU, Honoré Gabriel Riquetti (Comte de)]. In-8 broché de 275 pp., [1] p., [1] f. EDITION ORIGINALE du premier ouvrage de Mirabeau, réquisitoire violent contre l?iniquité et la faiblesse des rois.Du fait d?importantes dettes contractées et de sa vie libertine, Mirabeau est plusieurs fois incarcéré notamment à la demande de son père. C?est pendant sa détention au Château de Joux qu?il publie son Essai sur le despotisme. Grâce au gouverneur de la prison, M. de Saint-Mauris, il peut vite bénéficier d'un régime de semi-liberté, "il peut aller jusqu'en Suisse, revenir à Pontarlier, acheter des livres, chasser? », et c?est lors d?une de ces sorties qu?il « s'efforce de vendre à un libraire suisse l'Essai sur le despotisme, car son père l'a réduit à 1.200 livres par an ». Au bout de quelques mois des ordres étaient arrivés de Paris pour « faire des recherches au sujet de l'auteur d'un certain Essai sur le despotisme qui venait de paraître en Suisse et insultait la monarchie, l'accablait de citations empruntées aux Grecs, aux Latins, aux Français » et dans la cellule de Mirabeau "tombait aux mains du gouverneur un billet à l'ordre de 1.500 livres, signé par Mirabeau au nom de l'éditeur et stipulant que le prêt consenti par celui-ci l'avait été en échange de l'Essai sur le despotisme. C'était la preuve ». (H. de Jouvenel, La vie orageuse de Mirabeau, 1928, Paris, Plon, pp. 92-103)Exemplaire broché avec sa couverture d?époque très défraîchie (second plat manquant). Feuillets liminaires effrangés avec des marques de pliures.