Manuscripta

  • Showing all 25 results

Armand GUILLAUMIN - pastel original signé

Armand GUILLAUMIN – pastel original signé

Armand GUILLAUMIN Armand GUILLAUMIN (1841 – 1927), peintre français Le coup de vent, Agay (1892 – 1910) Pastel, signé en bas à gauche, 45 x 59 cm Expositions : Musée Fournaise, Armand Guillaumin. Impressionniste fauve, n°44, Chatou, 2003, reproduit P. 41, Musée Daubigny, Couleurs de l'impressionnisme. Guillaumin, Goeneutte, Mürer. Auvers/Oise, 2009 Armand Guillaumin est l'un des premiers et des plus fidèles participants du groupe impressionniste. A ses début, ne pouvant vivre de sa peinture il entre en 1860 à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, puis huit ans plus tard il trouve un emploi aux ponts et chaussées la nuit pour pouvoir peindre le jour. Il participle au salon des refuses de 1863. Au début des années 1870 il peint en compagnie de Camille Pissarro au village de Pontoise. Il y cotoie Paul Cézanne venu s’installer en 1872 pour mieux suivre les instructions de ce dernier. Ensemble ils peignent sur les bords de la Seine, Guillaumin restera toute sa vie ami avec les deux peintres. Sa fructueuse collaboration avec Cézanne et Pissarro lui permet de développer l’art du payage. Il participle à la première exposition des impressionnistes de 1874. En tout il collabore à six des huits expositions jusqu’à la dernière de 1886. En 1892, il est l’heureux gagnant de 100 000 francs-or à la Loterie nationale ce qui lui permet de se consacrer entièrement à sa peinture. Dès lors, il se déplace régulièrement entre Crozant dans la Creuse, où il occupe une maison à partir de 1892, Saint-Palais-sur-Mer, station balnéaire en Charente Maritime et Agay, sur la Commune de Saint-Raphaël. Sa palette évolue au début de 1900, ses couleurs deviennent plus vives, ce qui fait l’admiration du jeune peintre Othon Friesz ébloui par les pourpres, les ocres et les violets. A Agay il réalise, au côté du peintre Victor-Ferdinand Bourgeois, des marines et des vues du massif de l'Esterel et des Alpes enneigées. Dans ses dernières années, il se retire à Crozan. Il meurt le 26 juin 1927 à Orly , laissant un œuvre importante composée de peintures de la période impressionniste, puis d'inspiration fauve.
NAPOLEON 1er - Lettre signée inédite

NAPOLEON 1er – Lettre signée inédite

Napoléon 1er NAPOLEON Ier (Napoléon Bonaparte) (1769 – 1821), empereur des français. Lettre signée « Np » rédigée par le baron Fain au duc de Feltre. Mayence 17 avril 1813 ; 1 page in-4° avec billet d’accusé de réception épinglé. Composition de bataillons d’élite que doivent former les régiments de Latour d’Auvergne et de celui d’Isembourg.: « Monsieur le Duc de Feltre, je reçois votre lettre du 14 avril. – Le Bataillon d’Elite que doit former les Régiment de La tour d’Auvergne, doit être composé de 4 comp(agn)ies de grenadiers formant 600 h(omm)es et de 4 compagnies de Chasseurs ou de voltigeurs formant également 600 hommes. Il en est de même du Bataillon d’Elite que doit former le Régiment d’Isembourg. – Il n’y a donc rien à changer mes dispositions ( ) » Le régiment d’Isembourg a été créé par le décret du 10 brumaire an 14 (1er novembre 1805). Il est composé de soldats allemands, polonais, russes et autres étrangers, prisonniers de guerre constitués suite à la campagne d’Allemagne de 1805. Le prince régnant d’Isembourg est nommé colonel. Le régiment d’Isembourg, comme le régiment de La Tour d’Auvergne, est composé d’un état-major et de 3 bataillons à 9 compagnies, dont une de carabiniers et une de voltigeurs, soit 3.224 hommes, officiers compris. Formé à Mayence, le régiment est par la suite dirigé sur Toul pour y être organisé. Fin mai 1806, il est envoyé à Toulon à destination du royaume de Naples, où il combat jusqu’en 1814. A partir de 1809, le régiment reçoit l’autorisation de recruter des prisonniers de guerre espagnols et portugais. Le décret du 16 octobre 1810 réorganise le régiment d’Isembourg en 6 bataillons à 6 compagnies. Il devient 2e régiment étranger par décret du 3 août 1811 avant d’être licencié en 1814. Lettre inédite, non citée dans la Grande Correspondance
Marcel DUCHAMP Lettre autographe signée période new yorkaise 1947

Marcel DUCHAMP Lettre autographe signée période new yorkaise 1947

Marcel DUCHAMP Marcel DUCHAMP (1887 - 1968), artiste et écrivain français naturalisé américain Lettre autographe signée « Marcel » à l’architecte et sculpteur Frédérick Kiesler. New York, 14 juillet 1947 ; 2 pages in-4°, pliures marquées. Marcel Duchamp félicite Frederick Kiesler pour sa prochaine exposition à la galerie Maeght, salle des superstitions conçue par Kiesler, dans le cadre de l’exposition internationale du Surréalisme présentée par André Breton et Marcel Duchamp : « Enchanté Nouvelles Tout mérité délicieuses nouvelles ». Lettre suivie de mots de félicitation de son amie la sculptrice brésilienne Maria Martins : « Je suis très proud de mon cher ami » ; et de sa femme Steffi Kiesler qui s’inquiète de ne pas recevoir de catalogues de l’exposition et transmet les félicitations d’André Breton et Marcel Duchamp : « The first time that i saw Maria who came for precious 25 minuts with Marcel. We are all very happy about the success. Where are catalogues ? They just left. Had dinner together and she told me she is going back tomorrow morning. But said later she will lunch with Jewell (to bring news in times). I understand it all well. She is a man’s woman. When i told her about your sculptures she was utterly silent. Sent off already few photostats. Am writing Jewell now. Marcel & Maria forgot to bring the 6 other clippings he had. And your letter. André [Breton] wrote him & Cinesi. Kiesler a fait une merveille. All very excited. Mean that nobody sent a catalogue. I prepared wine, whisky, cookies. They hurried off. Just came to hear the news. Will airmail you Time Mag. Article (they fear it will be nasty) » Frederick Kiesler (1890 – 1965), architecte, décorateur de théâtre et sculpteur austro-américain, migre avec sa femme Steffi à New York en 1930. Il devient un artiste designer important de la scène avant-garde. Ami proche de Duchamp, ils collaborent sur plusieurs projets dont un présenté dans le magazine VVV (revue surréaliste éphémère de quatre numéros publiés à New York de 1942 à 1944).
BRASSAI - Lettre autographe signée - Photographie

BRASSAI – Lettre autographe signée – Photographie

BRASSAI BRASSAÏ (Gyula Halász) (1899 - 1984), photographe français Lettre autographe signée à sa chère Babeth. New York, 4 juin 1973 ; 2 pages in-4° sur 2 feuillets. Lettre passionnante de Brassaï a la conquête de l’Amérique : « Nous sommes rentrés si tardivement du midi à Paris que finalement je n’avais que 3 semaines pour préparer mes 2 expositions aux Etats-Unis (l’une dans le Corcoran – Musée, à Washington, le 1-er juin) aussi je n’avais pas un instant à perdre. Heureusement j’ai pu tout faire à temps et les photos sont bien arrivées (par la valise diplomatique) Nous avons passé 5 jours vraiment très agréables à Washington qui baigne dans une verdure luxuriante. J’aimais surtout le George-town avec ses petits jardins pleins de magnolia, de clématite, d’azalée, de rhododendrons. Nous habitions un hôtel en face de la Maison Blanche, et l’exposition fut vraiment un succès beaucoup de personnes sont venues de New York, de Chicago, et même de San-Francisco à l’inauguration, comme Ansel Adams le plus célèbre photographe vivant de l’Amérique, de Carmel (près de San-Francisco). Il y avait un diner pour 60 personnes dans le muée et j’ai vendu toutes mes photographies. (L’exposition va continuer dans d’autres villes Chicago, etc.). Je t’écris d’un bel appartement en face du Central Park qu’un ami a mis à notre disposition avec 4 domestiques espagnols. Hier soir (dimanche) il y avait une fête des Portoricains sur la Vth avenue. C’était aussi mouvementée et colorée que le carnaval de Rio. Vers le 15 nous irons probablement à San Francisco (après une exposition et la parution du Portofolio BRASSAÏ) et aussi à Los Angeles pour revoir mon vieil ami Henri Miller » Ansel Easton Adams (1902-1984) célèbre photographe américain connu pour ses photographies en noir et blanc de l’Ouest américain et principalement du parc national de Yosemite et de la Sierra Nevada.