Rotella : Dal décollage alla Nuova Immagine. - Rare Book Insider
Rotella : Dal décollage alla Nuova Immagine.

Pierre RESTANY

Rotella : Dal décollage alla Nuova Immagine.

Edizioni Apollinaire, à Milan.: 1963
  • $506
ROTELLA Mimmo (Catanzaro 1918 – Milan 2006) Rotella : Dal décollage alla Nuova Immagine. Pierre RESTANY. Edizioni Apollinaire, à Milan. 1963. Texte en italien, illustrations en noir & blanc, & couleurs. Exemplaire numéroté 230, dédicacé « Alla simpaticissima Lucia con i piu casi auguri du buon compleanno / Mimmo / Parigi 21 giugno 1965 ». Etat de conservation : Bon état de conservation.
More from SAS MARTINEZ D.
book (2)

Renée Mauperin.

GONCOURT (Edmond et Jules de) GONCOURT (Edmond et Jules de). Renée Mauperin. Paris, Charpentier et Cie éditeur, 1884. In-8 [277x188], 380pp. Pleine reliure en maroquin rouge, signée Emile ROUSSELLE. Tranche de tête dorée, dos à 5 nerfs, pourtour des gardes décoré à la roulette. Châsses et coins un peu frottés. Usures sur les gardes. Édition ornée de 20 compositions à l'eau-forte par James Tissot (Nantes 1836 † Chenecey-Buillon 1902). Tirage à 550 exemplaires, celui-ci est un des 30 sur papier impérial du Japon, numéroté 23, avec les épreuves des eaux-fortes tirées avant la lettre sur papier du Japon, signées au crayon par l’artiste, et une seconde épreuve sur papier de Hollande revêtue du timbre rouge de l’artiste (Lugt 1545). Réf. : Wentworth, n°256 à 277. Béraldi, n°53 à 62. Petites traces de mouillures pour les deux épreuves de la première eau-forte et page de titre. Rares rousseurs parfois sur le bord des pages. Le tirage des eaux-fortes de James Tissot, contenues dans ce volume, a été exécuté à Londres par F. Goulding, sous la direction de l’artiste. Provenance : Bibliothèque de Panof Grafsos Skinos (ex-libris). Ex-libris armorié Newton Hall, Cambridge de Henry Walston, Baron Walston, (1912 † 1991) un agriculteur et homme politique de Newton, Cambridgeshire au Royaume-Uni. Titre des planches : Renée et Reverchon nageant dans la Seine (Frontispice) Renée étreignant son père alors qu'elle entre pour le petit-déjeuner Denoisel lisant dans le jardin, Renée s’approchant Renée assise au piano, pleurant Denoisel et Henri Mauperin dans les chambres de ce dernier Henri Mauperin blessé après le duel avec Boisjorand de Villacourt Renée s'évanouissant après avoir entendu parler de la mort de son frère dans le duel M. Mauperin assis dans un jardin public à Paris Renée et son père assis sous le porche de l'église de Morimond M. et Mme. Mauperin en Egypte Bel exemplaire. Exemplaires connus : 1 exemplaire avec texte seulement conservé au Fine Arts Museum of San Francisco (inv.n°1984.1.88.1-10). 1 exemplaire au Metropolitan Museum de New York (inv.n°64.597.3). 1 exemplaire au Minneapolis Institute of Art (inv.n°B.88.1). Renée Mauperin, roman des frères Jules et Edmond de Goncourt, paraît initialement en 1864, puis dans plusieurs autres éditions, avant que le frère survivant Edmond ne discute des illustrations d'une nouvelle édition avec James Tissot fin mai 1882, à Paris. À l'époque, Tissot vivait à Londres avec la jeune Kathleen Newton, qui avait emménagé dans sa maison de St. John's Wood vers 1876. Kathleen, déclinant de la tuberculose (elle décède le 9 novembre 1882), servirait de modèle à l'héroïne tragique du roman, qui dans le dernier tiers de l'histoire souffrait d'une maladie cardiaque débilitante. Certaines des illustrations de Tissot étaient basées sur des photographies de Kathleen, et il a posé pour certaines des figures masculines. Son fils Cecil Newton apparaît dans l'une des gravures, avec des filles qui étaient peut-être sa sœur, Violet, et les filles de la sœur de Kathleen, Belle et Lilian. Belle et rare édition, complète.
book (2)

Clovis ou la France Chrestienne. Poème héroïque.

DESMARET de SAINT-SORLIN (Jean) Clovis ou la France Chrestienne. Poème héroïque. Paris, Augustin Courbé, Henry Le Gras, Jacques Roger, 1657. In-4 [260x190], reliure d’origine plein veau glacé tabac filets à froid, dos à nerfs orné. Edition originale. Frontispice d’après Charles Le Brun gravé au burin par Nicolas Pitau, 28 hors-texte gravées sur cuivre, 464pp. Réf. : Brunet II, n°633. Viollet Le Duc, I, 564. Nourry, Poètes français, n°344. Reliure frottée, légèrement craquelée sur le dos. Trace de mouillure sur les 4 premières feuilles (frontispice et page de titre légèrement atteints) et quelques pages de texte. 11 planches hors-texte un peu roussies et 2 avec faible trace de mouillure. Texte imprimé en italiques, chaque livre débute par le titre du poème en lettres fleuronnées, répété, avec lettrines et culs-de-lampe à la fin, composés en cursive ornementale et gravés sur bois par Jean Papillon. Exemplaire bien conservé dans l’ensemble. Rare édition originale, illustrée d’un frontispice par N. Pitau d’après C. Le Brun, un portrait équestre de Louis XIV d’après Sébastien Bourdon, un grand monogramme couronné à pleine page gravé à l'eau-forte, et 26 planches hors texte d’Abraham Bosse (Tours 1602†1676) et François Chauveau (Paris 1613 † 1676), encadrées de chiffres entrelacés par Armand Desmarests, le frère de l'auteur. Cette édition offre le premier exemple de figures mêlées de chiffres dans l’histoire de la gravure en France. Exemplaires connus : 1 exemplaire de la même édition que la nôtre conservé à la BNF (inv.n° FRBNF30332832). Les poèmes héroïques parus en France dans les années 1650 ont longtemps passé pour de pâles imitations d’Homère, de Virgile et de la Jérusalem délivrée. Poète et romancier, Jean Desmarets de Saint-Sorlin (1595-1676), protégé du cardinal de Richelieu, entra à l’Académie française en 1634 et en fut le premier chancelier. En 1657, Desmarets produisit son poème épique « Clovis ou la France chrétienne », en vingt-six chants (réduit à vingt chants en 1673). Ce long poème héroïque de plus de 11 000 vers, fruit d’une imagination débridée, exalte la monarchie française en la personne de son premier roi chrétien. « Clovis » est une œuvre importante du point de vue historique : véritable déclaration de guerre des Modernes contre les Anciens, c’est aussi la première épopée chrétienne (elle sera suivie par « La Pucelle » (1655) de Chapelain, « Saint-Louis » (1670) du Père Le Moyne ), et l’un des premiers textes français à puiser son inspiration dans l’histoire du christianisme. Cet ouvrage fut beaucoup loué par Jean Chapelain et lui valut les sarcasmes de Boileau, qui était hostile à l'introduction du merveilleux chrétien dans la poésie épique. Un des plus beaux livres baroques du XVIIe siècle.
Désert.

Désert.

ESTRADE Daniel & HUBAUT Sandrine ESTRADE Daniel (Né à Bagnères-de-Luchon en 1954) ; HUBAUT Sandrine Désert. 2009. H510xL660mm. Portfolio complet du texte de Sandrine Hubaut et des 7 planches gravées à l’eau-forte et à l’aquatinte par Daniel Estrade. Toutes les planches sont titrées, numérotées I/XXX, datées et signées au crayon par l’artiste. Imprimé sur papier Hahnmühle par Mario Boni à Paris. Bel exemplaire numéroté I/XXX et cossigné par l’auteur. Emboîtage cartonné crème, titre collé. Titres des planches : Le travail de la grâce (1) ; Le travail de la grâce (2) ; Le travail de la grâce (3) ; Le travail de la grâce (4) ; Face à face (1) ; Face à face (2) & Traversé. Le désert est l'une des métaphores bibliques les plus employées pour désigner la rencontre avec la divinité. Dieu s'y révèle dans une telle surabondance de lumière qu'il provoque cécité et douleur. Pareil à un feu consumant, il dessèche et paralyse les facultés. Au coeur de cette aridité grandit la soif dévorante tandis que Dieu demeure encore caché. Dans cet état d'abandon, l'image que l'homme a de lui-même s'écroule : renvoyé à sa faiblesse et son imperfection, il découvre que la créature n'est rien et ressent l'abîme qui le sépare de Dieu qui est le Tout. La sensation de ne plus être maître de sa vie peut le conduire à la révolte. Or la passivité est nécessaire : non pas la résignation, mais la réceptivité totale au travail de la grâce qui agit en des profondeurs que la conscience n'éclaire pas. Au désert, l'homme expérimente le vide, qui joue un rôle de transformation radicale. C'est le creuset dans lequel le dépouillement fera jaillir l'or pur de l'union mystique. Ce vide passif exigé de l'âme est un vide créateur puisqu'il enfante en elle le germe divin. Mais cette percée de l'essence pure dans l'existence provoque une déchirure. La gangue fragile de la personnalité doit éclater pour que puisse apparaître "mon vrai visage". Ce dernier me rend semblable à Dieu, mais il demeure enfoui au tréfonds de mon être : pour le trouver, il me faudra traverser la "nuit mystique", cette traversée du désert où s'opère la purification des sens et des puissances de l'âme que sont l'entendement, la mémoire et la volonté. Ce qui est en jeu ici, c'est l'éveil de l'homme à sa dimension intérieure car la révélation divine devient révélation de soi-même. "Pour parvenir à goûter tout, N'aie de goût pour rien. Pour parvenir à savoir tout, Ne cherche à savoir rien de rien. Pour parvenir à posséder tout, Ne cherche à posséder rien de rien. Pour parvenir à être tout, Ne cherche à être rien de rien. "Dans ces vers, Saint Jean de la Croix montre en quoi la pauvreté spirituelle devient richesse en Dieu. L'homme "pauvre" devient sourd aux sollicitations du monde extérieur, parce qu'il a trouvé en lui un champ d'une richesse insoupçonnée à explorer. Au lieu de se perdre dans la multiplicité, il s'est rassemblé : le Tout gît au coeur du Rien. (Sandrine Hubaut. Paris, Mars 2009).
  • $674
Sienne

Sienne, Burins originaux de Pierre-Yves Trémois.

TREMOIS Pierre-Yves & SUARES André TREMOIS Pierre-Yves (Paris 1961 – 2020 Saint-Nom-La-Bretèche) & SUARES André Sienne, Burins originaux de Pierre-Yves Trémois. La Société des Francs-Bibliophiles sous la direction de E. Simon & J. Le Désert, 1963. H410xL290mm. In-folio en feuilles, sous chemise. Ouvrage complet de son texte et gravures (27 burins originaux de Pierre-Yves Trémois, dont 8 sur double page et une sur la couverture rigide), conservé dans son étui beige de l’éditeur (couleur imitation bois). Le texte de cet ouvrage est extrait du « Voyage du condottière » d’André Suarès, avec l’autorisation des Editions Stefano Venturini à Sienne. Pierre-Yves Trémois a composé les illustrations à Sienne en 1962 à l’occasion de la Fête du Palio. Exemplaire sur vélin pur chiffon d’Arches, numéroté 20. Bel état de conservation. Pierre-Yves Trémois, né le 8 janvier 1921 à Pariset mort le 16 août 2020 à Saint-Nom-La-Bretèche, est un dessinateur, peintre, graveur et sculpteur français. Il était membre de la section gravure de l’Académie des Beaux-Arts. Il remporte en 1943 le Grand Prix de Rome de peinture, mais choisit de se consacrer aux arts graphiques. Son œuvre est en effet particulièrement vaste : livres d’artistes, tapisserie, sculpture, céramique, joaillerie Mais c’est dans la gravure qu’il s’illustre tout particulièrement. Son œuvre, empreint d’érotisme, est le fruit d’inspirations multiples : religion, mythologie, histoire, sciences, monde animal Surnommé « le fou du trait », il met en place une esthétique pure et incisive, marquée par la précision et la simplicité de la ligne.