Ben Jonah de Tudèle (Benjamin). Voyages de Rabbi Benjamin Fils de Jona de Tudele. En Europe, en Asie & en Afrique, depuis l Espagne jusqu à la Chine. Où l on trouve plusieurs choses remarquables concernant l Histoire & la Géographie & particulierement l état des Juifs au douzième siècle. Traduits de l Hebreu & enrichis de notes & de Dissertations Historiques & Critiques sur ces Voyages, Par J. P. Baratier. Etudiant en Théologie. - Rare Book Insider
book (2)

BARATIER (Jean-Philippe)

Ben Jonah de Tudèle (Benjamin). Voyages de Rabbi Benjamin Fils de Jona de Tudele. En Europe, en Asie & en Afrique, depuis l Espagne jusqu à la Chine. Où l on trouve plusieurs choses remarquables concernant l Histoire & la Géographie & particulierement l état des Juifs au douzième siècle. Traduits de l Hebreu & enrichis de notes & de Dissertations Historiques & Critiques sur ces Voyages, Par J. P. Baratier. Etudiant en Théologie.

A Amsterdam, Aux dépens de la Compagnie, 1734.: 1734
  • $4,488
ÉDITION ORIGINALE FRANÇAISE RARE du voyage de BENJAMIN de TUDÈLE traduit par Jean-Philippe BARATIER (1721-1740).  2 vol. petit in-8° ; 1 port. front. [Baratier lisant la bible polyglotte]-(27)-247 pp.-(4)/(1)-377 pp., un plein veau glacé, dos à nerfs très joliment orné, filets or, fleurons or, pièce de titre et de tomaison en maroquin rouge et vert, tranches rouges, une reliure de l époque, un très bel exemplaire. PROVENANCES : Le livre porte un sceau ancien, biffé, de la bibliothèque ROYALE DE RUSSIE (ex-libris collé), et accompagné d'un cachet humide ancien de réforme sur la page de titre, ainsi que : L'ex-libris de la Bibliothèque de Jurgis Baltrusaitis (1903-1988), un grand historien de l'art qui a marqué le XXe siècle (in Les cahiers lituaniens « Jurgis Baltrusaitis (1903-1988), érudit et visionnaire ») . « Très bonne édition des voyages de Benjamin, qui se recommande par la fidélité du texte et les notes du traducteur. » (Chadenat, 516). LA MEILLEURE ET LA PLUS RARE DES ÉDITIONS DES VOYAGES DE BENJAMIN DE TUDÈLE. Édition originale de la traduction française (la plus recherchée). La première édition latine (Anvers, Christophe Plantin, 1575, in-8°) de cette relation de voyage fut traduite de l'hébreu par l'orientaliste espagnol Benito Arias Montano (1528-1598) sur l'édition princeps imprimée à Constantinople en 1543. Une belle édition annotée par Baratier (1721-1740) sur les voyages du rabbi de Tudèle (circa 1130-1173). À l'âge de 11 ans le jeune prodige de science, Jean-Philippe Baratier, composa la traduction en français du texte hébreu du voyage de Benjamin de TUDÈLE avec des notes et des dissertations qui provoquèrent l'admiration de ses lecteurs (Voltaire le premier). De tous les voyageurs juifs médiévaux, Benjamin est considéré comme le plus illustre. Son itinéraire est cohérent, alternant routes terrestres et voies maritimes. Depuis Tudèle (ville d'Espagne), BENJAMIN se serait rendu en Catalogne, dans le Midi de la France, dans la péninsule italienne et en Sicile. Il aurait ensuite traversé l'empire byzantin, le Levant et la Perse. Avant d'atteindre l'Égypte, il mentionne l'Inde et la Chine.  Puis il termine son voyage en repassant par la Sicile, pour franchir les Alpes et se rendre en Rhénanie (Ashkenaz) et dans le royaume de France (Tsarfat).
More from LIBRAIRIE HÉRODOTE JEAN-LOUIS CECCARINI
book (2)

Lettre autographe signée « Caillié », adressée à son Excellence Monseigneur le prince [Jules] de Polignac, ministre des Affaires étrangères. Paris, 13 mars 1830.

(1830). Lettre autographe signée « Caillié », adressée à son Excellence Monseigneur le prince [Jules] de Polignac, ministre des Affaires étrangères. Paris, 13 mars 1830. René Caillié sollicite le prince Jules de Polignac (1780-1847), ministre des Affaires étrangères, de bien vouloir lui accorder la faveur d'une audience afin de lui offrir un exemplaire de son livre* qui vient de paraître à Paris. AUTOGRAPHE RARISSIME. *Journal d un voyage a Temboctou et a Jenné, dans l' Afrique Centrale ( ) 1 page sur un bi-feuillet in-quarto format 26,4 x 23 mm. L'adresse postale : à Son Excellence Monseigneur le prince de Polignac Ministre Secrétaire d'État aux relations extérieures Paris. Transcription dactylographique : Monseigneur Mon voyage à Temboctou vient de paraitre, j' ai eu l'honneur d en présenter un exemplaire au Roi [Charles X], Sa Majesté, a daigné l' accueillir avec beaucoup de bienveillance. Je viens prier votre Excellence de vouloir bien m accorder une audience particulière, dans laquelle j' aurai l'honneur de lui en offrir un exemplaire ; je désire Monseigneur, que cet ouvrage qui renferme le simple récit de mes observations dans un pays peu connu, ne soit pas trop indigne de votre Excellence, et qu'il contribue à ne mériter votre honorable bienveillance. Agréez Monseigneur, l'assurance du profond respect avec lequel j' ai l'honneur d être de votre Excellence le très humble et très obéissant serviteur. Paris 13 mars 1830. Caillié 29 Rue de Harlay près le Pont-Neuf. René CAILLIÉ, un grand explorateur. Le vainqueur de Tombouctou. René CAILLIÉ. Le premier grand explorateur Français qui réalisa l'une des plus grandes explorations du XIXe siècle. Le premier Européen parti avec le dessein bien arrêté d'aller à Tombouctou, ville impénétrable, ville interdite aux infidèles (s y aventurer paraissait folie). Sous le costume d'un derviche mendiant, simulant le culte mahométan, il en atteignit le but et en revint (le retour à travers le Sahara fut une terrible épreuve, sa santé en fut fort altérée). Tombouctou existe ! René Caillié rapporta pour la première fois dans l histoire de l'exploration africaine des notions et une description précise de cette ville légendaire, agrandissant considérablement le domaine des connaissances géographiques de l'Afrique occidentale dont les cartes n'indiquaient alors que des pays déserts ou marqués inconnus. Il fut un explorateur courageux, persévérant, accomplissant seul son exploit, sans soutiens et sans moyens financiers et fut souvent jalousé et mis en doute sur la réalité de son voyage, principalement par les Anglais, car il ravissait aux empires occidentaux la gloire de cette découverte. Trente années plus tard, le géographe allemand Heinrich Barth (le troisième explorateur à atteindre Tombouctou) confirmera d une façon éclatante l'exactitude de ses assertions. Un curieux destin pour ce fils de boulanger au bourg de Mauzé (Deux-Sèvres), un enfant malheureux né dans un milieu hostile, sans grande éducation et dont la lecture des récits de voyages, dès son enfance, détermina son exceptionnelle volonté de savoir et d' aventures.
Cher Maître et Ami

Cher Maître et Ami, Merci de l’accueil ainsi fait à ce blé de Noël.

POURRAT (Henri) 1887-1959/ DESCAVES. Une lettre autographe signée à son ami Lucien DESCAVES de l'Académie Goncourt. Henri POURRAT/Lucien DESCAVES. Une lettre autographe signée et datée du 8 avril 1943 à Ambert (Puy-de-Dôme) d'Henri POURRAT. Lettre envoyée à Senonche (Eure-et-Loir) à son ami Lucien DESCAVES, romancier, journaliste. Un feuillet in-8°. Dimensions : 26 x 19 cm. Henri POURRAT, romancier, répond à Lucien DESCAVES, de l'Académie Goncourt, pour le remercier de l'accueil fait à son dernier livre : « Le blé de Noël » (Paris, Édition du Sagittaire, 1942). Pourrat dit avoir aimé le livre de Descaves « [L'Humble] Georgin » (Paris, Firmin-Didot & Cie, 1932). Puis il cite ses découvertes et préférences littéraires grâce à la lecture d'un petit livre de Descaves : Bloy, Huysmans, ainsi que ceux qui vont de Giono à Péguy. Claudel, le plus grand : « Cher Maître et Ami, Merci de l'accueil ainsi fait à ce blé de Noël.Ce n'est qu'une touffe d'herbe. Au moins qu'une de ces feuilles vous dise comme j'ai aimé votre [L'humble] Georgin [imagier d'Épinal] et comme ses images me portent. Des années j'en ai eu à mon mur Le mot de Léon Bloy, oui, il est peut-être un peu injuste, mais il allait si bien à nos propos. C'est vous, c'est votre petit livre qui m'a fait voir Huysmans un peu plus proche, plus vivant. J'avoue que je le connais assez mal encore. Quant à ceux qui vont de Giono à Péguy, je ne les pas rangés là dans l'ordre de mes préférences, mais plutôt dans celui d'une découverte. Du reste je préfère l'un pour une chose, l'autre pour une autre ; Jammes est peut-être le plus expressément poète, Péguy le plus intéressant, Claudel le plus grand (Mais quand on songe à la part personnelle, en de tels jugements, on se dit que la littérature n'est pas une valeur sûre. Un poème dépend d'une langue, d'un temps, dans cinq cents ans, ou même dans cinquante ans, comment sera-t-il compris ? Une fleur, une étendue de près et des monts au loin, au contraire, quelle valeur souveraine. En ces temps on est bien forcé de revenir à la nature et d'apprécier sa paix, son innocence. Mais c'est elle, alors, qui nous ramène à l'expression et aux lettres. Il faut bien travailler, et dans l'espérance. Mais encore, mon cher Maître Prix Goncourt de l'année 1941, Henri Pourrat est distingué pour son roman rural « Vent de mars ».
  • $337