Sanderus Antiquariaat Archives - Rare Book Insider
last 7 days
last 30 days

Sanderus Antiquariaat

Traicté de la peste selon la doctrine des médecins spagyriques

Traicté de la peste selon la doctrine des médecins spagyriques

Fabre, Pierre Jean Octavo (17,2 x 11,2 cm). Rare treatise on the plague. Modern vellum binding in old style. In good condition. Prof. Bernard Joly: "Pierre Jean Fabre (1588-1658) est sans doute l’un des alchimistes français les plus prolixes du XVIIe siècle. Originaire de Castelnaudary, il obtint son doctorat de médecine à Montpellier en 1614. Le Traicté de la peste selon la doctrine des médecins spagyriques, publié chez Raimond Colomiez à Toulouse en 1629, fut réédité à Castres en 1653. L’ouvrage, qui fait 162 pages, est divisé en vingt-trois chapitres. Alors que ses autres ouvrages médicaux, destinés à convaincre les médecins du bien-fondé de la médecine spagyrique, sont écrits en latin, Fabre s’adresse ici plus largement en français à tous ses compatriotes du Languedoc, qu’il veut aider à lutter par eux-mêmes contre ce terrible fléau qu’est la peste. Il ne renonce pas pour autant aux développements théoriques, lorsqu’il explique que la peste résulte de la diffusion d’un « venin », substance spirituelle venant d’astres mauvais dont les effets contrarient la diffusion et l’action de l’esprit de vie, pure substance du ciel, que l’on peut aussi appeler chaleur vitale ou humide radical, pour reprendre des expressions de la médecine traditionnelle. Il s’agit là en fait d’une substance chimique, que Fabre appelait « baume naturel » dans sa Chirurgica spagyrica et c’est par les moyens de la chimie qu’il faudra donc combattre les effets néfastes de ces poisons qui, sous diverses formes, produisent les différentes espèces de pestes qui touchent les animaux aussi bien que les hommes. Il est donc nécessaire de bien connaître les propriétés chimiques de ces multiples poisons qui provoquent la peste en vue de savoir fabriquer leurs antidotes, mais aussi et d’abord les moyens de se préserver de la propagation de la maladie. Pour permettre à l’esprit de vie de vaincre les esprits pestilentiels, il faut effectuer toutes sortes d’opérations de désinfection et de purification, savoir se tenir à distance des personnes et des lieux infectés, suivre un régime alimentaire adapté. Le feu, qui réduit tout en cendres, permettra la production de sels incorruptibles qui s’opposeront à la progression du poison. Mais l’alchimie offre aussi au médecin des moyens spécifiques, bien plus efficaces que les saignées et sangsues qui affaiblissent le malade. Parce que l’homme est un abrégé de la nature, c’est de la calcination du cadavre des malades que l’on tirera des sels efficaces à la guérison, sans se priver pour autant de substances tirées d’animaux réputés pour leurs vertus d’antidotes contre les venins, comme les crapauds, les araignées et les serpents. Mais ce sont aussi les végétaux et surtout les minéraux qui offrent d’excellents remèdes, pourvu que l’on sache, par des opérations chimiques appropriées, en extraire le sel dans lequel se trouve déposé l’esprit vital du monde. L’antimoine, en particulier, loin d’être le poison dénoncé par certains, constitue la base des préparations les plus efficaces contre la peste. Il y a donc pour Fabre une homogénéité fondamentale de la nature, dont les trois règnes sont formés des mêmes principes chimiques. Pour lui, l’alchimie n’offre pas seulement les moyens de fabriquer de nouveaux remèdes, plus efficaces que ceux de la tradition galénique. Elle fournit aussi et surtout une conception générale du fonctionnement unifié du monde et de l’homme qui permet de mieux comprendre les processus de déclenchement et de propagation de la peste, et par là même de lutter plus efficacement contre elle."